Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 24 juillet 2009

A H1N1:enjeux politiques?


Beaucoup de bruit pour un danger finalement limité et à relativiser.

Scandaleuse surmédiatisation et instrumentalisation de la peur?
-"Il existe « une mise en scène de la peur », instaurée sournoisement avec la complicité des politiques, des laboratoires, des médias et d’une partie de la population" (Véronique A.F)

"Une maladie supposée très dangereuse où tout le monde est touché et qui n’est du qu’à « pas d’chance » fait plus peur qu’une crise financière dont on connait les responsables..." (Romaeterna)
-
H1N1 : épidémie de panique organisée ? - AgoraVox-
-Bernard Debré : la grippe A "n'est pas dangereuse"
-L'hyperprécaution : le syndrome pandémique de H1N1 - AgoraVox
___________________
Aide au Tiers monde en matière de santé
"Mécanisme très bien décrit par John Perkins dans sa récente autobiographie.
http://www.youtube.com/watch?v=R6Ws...
http://www.nexus.fr/PDF/M54P554.pdf
Tout vient de la question « Quel développement ? » les pays occidentaux souhaitent voir naitre dans ces pays.. Le plus souvent cela correspond à un développement pour eux, synonyme de croissance et de conquête de marché pour nous.
C’est le cas en agriculture, comme j’ai cherché à le démontré précédemment, mais aussi sur des domaines tel que la santé
... Les pays en voie de développement sont des marchés, ou non. Ils ne sont quelquefois au mieux que des réservoirs de cobayes pour expérimentation pharmaceutique...
" (V.1919)
________________________
-Le professeur Michel Kazatchkine, directeur du Fonds mondial contre le sida, déplore que "lorsque les pays développés le veulent, ils peuvent dégager aussitôt des milliards d’euros et de dollars", alors que dans le même temps, ces mêmes pays ont remis en cause leur engagement financier dans la lutte contre le sida lors du dernier G8.
De même, Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et ancien président de la Croix-Rouge française, trouve que ce "feuilleton de l’été 2009" est "indécent" vis à vis des drames sanitaires dans d’autres régions du monde. (Bob G.)
________________

Explosif : le professeur Marc Gentilini, au micro d’Hélène Cardin, de France Inter (1'00")

-Quand les pays riches s'enrhument, la planète entière éternue - AgoraVox:

"Le paludisme tue un être humain toutes les 30 secondes en Afrique. 500 millions de cas cliniques sont recensés chaque année. Cette maladie, qui pourrait être éradiquée si on y mettait les moyens, touche encore une centaine de pays dans le monde, en particulier les zones tropicales d’Afrique (90% des cas), d’Asie et d’Amérique Latine.
En mai dernier, au moment même où l’OMS commençait à parler de l’épidémie de grippe « porcine » rapidement rebaptisée « grippe A (H1N1) », la méningite foudroyait 2.000 personnes en quelques semaines au Nigeria. MSF déclarait avoir enregistré plus de 40.000 cas dans toute l’Afrique de l’Ouest. Les plus gros foyers d’épidémie s’étendant de la Mauritanie à l’Ethiopie. Le nombre définitif de victimes n’est pas encore connu et il faudrait vacciner plus de 8 millions de personnes précise l’ONG… Mais cela a un coût évidemment, que les pays riches ne sont pas prêts, visiblement, à payer, trop occupés par la grippe A (H1N1) et tout empêtrés qu’ils sont par la crise économique qui n’est pas encore réglée…
La grippe « saisonnière » tue entre 250.000 et 500.000 personnes par an !
L’état de pandémie dû à la grippe A (H1N1) a été déclaré et annoncé officiellement par la direction de l’OMS. Le directeur national de la santé publique, Dr David Butler-Jones, a cru bon de préciser –et on le remercie- que le niveau d’alerte de l’OMS dépendait de la vitesse et du degré de propagation de la maladie et et non de sa sévérité (de sa gravité). « La maladie est semblable à une grippe saisonnière » a-t-il ajouté. Attendons-nous à ni plus, ni moins de morts que pour la bonne vieille grippe « commune ». On en sait un peu plus aujourd’hui sur les « vrais » chiffres :
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé, depuis le début de la propagation du virus, la grippe A (H1N1) a causé la mort de 700 personnes sur quelques dizaines de milliers de malades infectés dans le monde à la date du 21 juillet (sur un total de 6.795.265.688 de Terriens recensés à ce jour). Tant qu’à donner des chiffres, soyons précis...
  • Les pays les plus touchés sont les États-Unis, le Mexique, le Canada et le Chili. Même pas la France…
  • Au Canada (selon le bilan de Santé Canada du 10 juin dernier) : 2.978 personnes ont contracté le virus et, sur ces 2.978 cas, 4 malades sont morts. Certains malades « auraient pu mourir » de causes multiples car ils étaient déjà en mauvaise santé… Sans blague ?
A titre de comparaison, la grippe "saisonnière" (celle que tout le monde connaît) tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes ((environ 2.500 décès par an en France) ! Un chiffre important et habituel visiblement, pourtant passé sous silence dans les grands médias. Pourquoi parle-t-on de la grippe A (H1N1) plutôt que de la grippe saisonnière ? Serait-ce pour ruiner l’économie du Mexique, mis en quarantaine au nom du sacro-saint « principe de précaution » par toute la communauté internationale ? Un pays qui vit du tourisme et qui a perdu des millions de touristes en quelques jours. Forcément, une véritable catastrophe pour ce pays émergent qui sortait à peine la tête de l’eau.
J’aimerais que quelqu’un m’explique pourquoi les Etats-Unis, qui sont l’un des pays les plus touchés aujourd’hui par la pandémie ne sont pas, eux aussi, placés en quarantaine ne serait-ce que par précaution ?
Au nom du principe de précaution…
Il existe « une mise en scène de la peur », instaurée sournoisement avec la complicité des politiques, des laboratoires, des médias et d’une partie de la population (oui, chers lecteurs, certains d’entre vous sont complices car un « gros » mensonge n’est possible et efficace que si celui qui le reçoit s’en fait le complice…). La question est, comme toujours, à qui profite le crime ? J’ai appris, comme vous tous, que les laboratoires internationaux s’étaient rapidement lancé dans une course contre la montre pour produire le plus vite possible un vaccin. Tiens, tiens…
Il y a une dizaine de jours, la France annonçait fièrement qu’elle débloquait plus de 700 millions d’euros (prélevés sur les caisses de l’Etat et de la Sécurité Sociale, ah ces braves contribuables toujours prêts à payer de leur poche…) pour acheter (au prix de gros sûrement…) 100 millions de doses de vaccins, soit de quoi vacciner à peu près deux fois la population française ! Rappelons qu’à la date de cette décision, l’Institut de veille sanitaire affirmait avoir recensé 403 personnes (sur 63 millions de Français…) touchées par le virus.
Rappelons aussi que la vingtaine de petits Savoyards et leurs deux animateurs victimes de la grippe A, partis avec leur colo à Megève en juillet dernier, ont été remis sur pied avec du paracétamol en quelques jours. Même traitement qu’une grippe bénigne. Un gros rhume, quoi… Moralité : quand les pays riches s’enrhument, c’est toute la planète qui éternue !
Tout en rappelant que la pandémie de 1918-1919 avait fait 50 millions de morts, le 29 mai dernier, le journal La Tribune citait Albert Osterhaus, professeur du laboratoire Erasmus de l’université de Rotterdam aux Pays-Bas : « Dans un scénario catastrophe, nous aurions une grave pandémie, similaire à la grippe espagnole, qui pourrait provenir de la mutation du virus(…) Je ne prédis pas que cela va arriver, mais même s’il n’y avait que 10% de chance d’avoir un scénario comme celui là, nous ferions mieux d’être préparés ». Finalement, tout ça pour ça ? Pas de quoi fouetter un chat alors… juste une mesure de prudence… Quelle trouvaille tout de même que ce « principe de précaution » !
Vacciner les personnes âgées ou immuno-déprimées, le personnel soignant, voire les fonctionnaires, pourquoi pas ? Mais toute la population française… Diantre, quel programme ! Compte tenu de la rapidité avec laquelle les labos ont dégainé leur potion magique anti grippe A (H1N1) qualifiée, sans rire, de « plus grande pandémie mondiale du siècle », moi je me méfierais des effets indésirables à long terme pour vos chères petites têtes blondes… Ca sent quand même le travail bâclé !).
On apprend par communiqué de presse, publié dans Le Parisien début juillet, que
les heureux gagnants sont 4 grands labos : GlaxoSmithKline et Sanofi-Aventis, Novartis et Baxter. L’union fait la force et empêche surtout les mécontents de dénoncer d’éventuels petits arrangements entre amis dont de mauvais perdants auraient été privés…"(Véronique A.F)
-
-Questions sur un virus grippal inconnu
__________________


Aucun commentaire: