Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 18 septembre 2009

L'enfer des "jungles"


France, terre d'écueil ?

-Errances européennes-
__________Besson veut vider la «jungle» de Calais

- La Coordination française pour le droit d'asile, qui compte, entre autres, Amnesty international, la Cimade, Médecins du Monde, le Secours Catholique, la Ligue des droits de l'homme, et le Gisti, réagit à l'annonce d'Eric Besson : «Le ministre ne doit pas se leurrer : annoncer la «fermeture» de la ‘Jungle’ signifie simplement tenter de rendre invisible un problème qui perdurera, se renouvellera et se déplacera. L'incapacité des autorités françaises et européennes à appréhender correctement et de façon coordonnée cette situation aura un coût : les conditions indignes dans lesquelles sont contraints de vivre les migrants et demandeurs d'asile malgré l’aide au quotidien de nombreux bénévoles..."
________________________

-De Sangatte aux "jungles", "les migrants finissent toujours par revenir" :
"Sylvie Copyans en est convaincue : "Les mêmes causes produiront les mêmes effets." Pour cette membre active de l'association Salam d'aide aux étrangers, les migrants resteront malgré le démantèlement de la "jungle" de Calais annoncée, jeudi 17 septembre, par le ministre de l'immigration Eric Besson. Peu importe les déclarations des autorités, "il se produira la même chose qu'avec la fermeture de Sangatte". "Loin de diparaître, les exilés vont simplement se disperser", explique-t-elle.
Frontière de l'espace Schengen, le littoral français est un passage obligé pour les étrangers – Afghans, Irakiens, mais aussi Erythréens, Soudanais et Iraniens... – en partance pour l'Angleterre. D'après la Croix-Rouge, ils sont plus de 67 000 à avoir transité par le camp de Sangatte d'octobre 1999 à décembre 2002. Conçu pour accueillir 200 personnes, l'immense hangar échoué au bord de la mer en comptait 1 600 avant sa fermeture.Mais contrairement aux déclarations de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, la destruction du camp n'a pas "réglé" le problème des exilés. Ils ont essaimé à travers le Calaisis dans des camps de fortune situés à Dunkerque, Cherbourg, Dieppe ou à proximité des aires d'autoroutes de Norrent-Fontes et Grand-Synthe. "Ces endroits existaient déjà à l'époque de Sangatte, mais après 2002, ils se sont multipliés", explique Gérard Sadik, de la Cimade..."

-Avec les Afghans, dans la «jungle» du calaisis | Mediapart
-La fermeture de la "jungle" à Calais provoque la colère des bénévoles
-«Détruire la jungle renforce le pouvoir des passeurs»

1 commentaire:

marieb a dit…

les solutions ???
chaque argument avancé par les associations est aussitôt réfuté par les politiques
-ouvrir un centre d'accueil : on a vu Sangatte
-détruire les camps provisoires : c'est déplacer le problème
-négocier avec les pays voisins (Angleterre, Belgique, Pays bas..) :
ils ont les mêmes difficultés que nous
régulariser les situations : solution la + humaine mais quid de nos déficits sociaux ?

Et si on sortait des sentiers battus ?.. Chaque français accueille un migrant ... Qui est prêt ?