Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 20 octobre 2009

USA: Torture programmée


Torture en question aux USA

"...Les administrations précédentes gardaient sous le manteau leurs « opérations noires », les crimes étaient punis mais ils étaient commis dans l’ombre, désavoués officiellement et condamnés. L’administration Bush a rompu ce contrat : au lendemain du 11 septembre, elle a requis le droit de torturer sans honte, un droit qu’elle a légitimé par de nouvelles définitions, de nouvelles lois..." (Naomi Klein)
____________

Torture made in USA»| Mediapart

« Torture made in USA », le nouveau documentaire d’investigation de Marie-Monique Robin, coproduit par Galaxie Presse et le CFRT, sera lancé le 19 octobre sur le site d’information Mediapart.frCette diffusion en accès libre pendant deux mois – une première sur le web, a été rendue possible par Mediapart avec le soutien de l’ACAT-France, Amnesty International et Human Rights Watch. Alors que Barack Obama vient d’être récompensé du prix Nobel de la paix, les représentants de l’administration Bush peuvent-ils être poursuivis pour « crimes de guerre » ? C’est à cette question, ouvertement débattue aux Etats-Unis depuis quelques mois, que tente de répondre « Torture made in USA ». Ce documentaire s’appuie sur des interviews exclusives de grands témoins, tels que le Général Sanchez, ancien chef des forces de la coalition en Irak ou encore Michel Scheuer, concepteur du programme des détentions secrètes de la CIA, et des archives inédites d’auditions parlementaires. Le film décortique la machine qui a conduit la « plus grande démocratie du monde » à légitimer et utiliser massivement et systématiquement la torture à Guantanamo et en Irak notamment. Le programme de torture a néanmoins généré des résistances au sein du département d’Etat, mais aussi chez les chefs militaires, attachés aux conventions de Genève, et opposés à cette « conspiration criminelle ». Depuis plus d’un an, malgré sa pertinence éditoriale et les encouragements, « Torture made in USA » n’a pas trouvé sa place sur le petit écran. Aujourd’hui, grâce à Internet, cette remarquable enquête ne restera pas dans les tiroirs. Elle trouvera son premier public sur le web. Une page spéciale du site de Mediapart sera consacrée au film et renverra sur une page « participative » où les internautes pourront échanger et débattre à partir du 19 octobre. " (Amnisty Int.)[Verra-t-on un jour “Torture made in USA” ?]

« Il n’y a aucun doute, nous avons commis des crimes de guerre. A ce jour, ceux qui nous ont conduits sur cette pente sinistre n’ont toujours pas rendu de comptes. »(Général Ricardo Sanchez )

______________

-Comment l'Amérique de Bush a fait de la torture une banalité bureaucratique | Mediapart:

"«Il y a depuis longtemps trop de secrets dans cette ville», avait déclaré le président Obama en prenant ses quartiers à Washington le 20 janvier dernier. Le 2 mars, en réponse à une demande ancienne de l’Aclu (Association de défense des libertés civiles américaines), le nouveau gouvernement divulguait neuf documents secrets du ministère de la justice détaillant les lois inavouées pouvant, en cas de prétendue nécessité, mettre au pas les libertés outre-Atlantique dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. Tout était prêt pour une sorte de capitalisme de guerre...
L'Aclu réclamait d'autres documents, notamment quatre mémorandums de la CIA justifiant et encadrant l'usage de la torture au nom de la lutte antiterroriste. Le 16 avril 2009, ces documents, en partie censurés cependant, sont communiqués. Jameel Jaffer, de l'Aclu, s'en félicite le jour même, tout en appelant à ne pas s'en tenir à la transparence pour aller jusqu'à rendre des comptes.
Ces documents sont aujourd'hui disponibles en français grâce aux éditions des Équateurs. Celles-ci avaient, en septembre 2004, publié la traduction française du Rapport sur les attentats du 11 Septembre. Avec Techniques d'interrogatoire à l'usage de la CIA (174 p., 15€), l'éditeur Olivier Frébourg écrit dans son avant-propos: «Ces quatre textes doivent avoir les mêmes conséquences qu'en leur temps l'Affaire Callas de Voltaire, le J'accuse de Zola, ou La Question d'Henri Alleg sur la torture en Algérie. Ils doivent entraîner des bouleversements salvateurs qui empêcheront l'humanité de basculer dans le chaos.»

-Une Amérique traumatisée, emmenée par Dick Cheney, s'est résolue à la torture | Mediapart:
"...Quand, le 11 septembre 2001, les Tours jumelles s'effondrent, qu'un avion s'écrase dans le Pentagone et un autre dans un champ en Pennsylvanie, le sentiment de tragédie ne se mesure pas seulement au nombre de morts ou aux méthodes utilisées. Le sentiment d'invincibilité - d'inviolabilité - des Américains tombe de son piédestal. Et, inévitablement, après le temps des larmes et de l'Union sacrée, vient celui de la réplique. Il y a ceux qui veulent comprendre (voir la couverture de Newsweek : « Pourquoi nous haïssent-ils ? ») et ceux qui désirent se venger, façon far west. Et tous ceux qui veulent les deux à la fois : comprendre pour apprendre sur les réseaux terroristes et les démanteler, punir les responsables et leurs acolytes avec suffisamment de brutalité pour leur faire passer le goût de recommencer - c'est le « Shock and Awe » cher à Donald Rumsfeld.C'est ainsi que, très vite, émerge le débat sur la torture. D'une certaine manière, la question leur apparaît comme théorique : c'est une méthode, certes un peu limite, pour parvenir à ses fins. C'est peut être pour cette raison que l'un des premiers à soulever la question de la torture est le chroniqueur de Newsweek, Jonathan Alter, qui est clairement un homme de gauche. Dans l'édition du 5 novembre 2001, il publie un point de vue intitulé « Il est temps de songer à la torture ». Le texte mérite d'être cité sur la longueur :

« En cet automne de la colère, même une personne de gauche voit ses pensées se tourner vers... la torture. D'accord, pas des électrodes à bestiaux ni des tuyaux d'arrosages, au moins pas aux États-Unis, mais quelque chose qui fasse avancer rapidement l'enquête sur le plus grand crime de l'histoire américaine. À l'heure actuelle, quatre suspects de détournement d'avions ne parlent pas. Ne pourrions-nous pas au moins les soumettre à une torture psychologique, comme des enregistrements de lapins en train de mourir ou du rap bruyant ? L'armée a déjà fait cela, au Panama entre autres. Pourquoi pas du sérum de vérité administré par intraveineuse forcée ? Ou la déportation en Arabie Saoudite, terre des décapitations ? Certains persistent à expliquer que nous n'avons pas besoin de revoir nos vieilles assomptions sur la maintien de la loi, mais ces gens-là sont désespérément « 10 septembre » - ils vivent dans un monde qui n'existe plus. »« (...) Certaines formes de torture fonctionnent. La Jordanie a brisé Abou Nidal en menaçant sa famille. La police philippine a aidé à résoudre les attentats de 1993 contre le World Trade Center, ainsi qu'un projet de détournement d'avion, en convainquant les suspects qu'ils allaient être remis à la police israélienne. Et puis il y a aussi la douloureuse justice islamique, dont le grand bénéfice est qu'elle est acceptée par les Musulmans. Nous ne pouvons pas légaliser la torture, cela serait contraire aux valeurs américaines. Mais, alors même que nous continuons à dénoncer les atteintes aux droits de l'Homme dans le monde, nous devons garder l'esprit ouvert à certaines mesures pour combattre le terrorisme, comme des interrogatoires psychologiques approuvés par la justice. Et nous devons réfléchir au transfert de suspects vers certains de nos alliés avec moins de scrupules, même si cela est hypocrite. Personne n'a dit que [ce combat] serait propre. »Huit ans plus tard, cette chronique écrite par un intellectuel de gauche dans un de plus grands hebdomadaires des États-Unis, continue de faire froid dans le dos. Elle révèle la mentalité du pays à ce moment de son histoire : la peur, la paranoïa, la schizophrénie, la volonté de régler des comptes quitte à jeter par-dessus bord des décennies de lois et de principes..."

-Pour torturer, la CIA a suivi les consignes de la Maison Blanche | Mediapart:

______ A Guide to the Memos on Torture

-Guantanamo va continuer longtemps de hanter les Etats-Unis | Mediapart
-Comment la torture a été légalisée sous George W. Bush
-Guerre contre le terrorisme
-Des révélations sur la pratique de la torture par les États-Unis illustrent le besoin d'une commission d'enquête indépendante | Amnesty International
____________________
-Torture « made in USA »
-Etats-Unis: Torture et sévices en Irak, et ailleurs...
-La Maison Blanche légalise la torture
-Débat d'amnésiques sur la torture, par Naomi Klein

Aucun commentaire: