Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 1 octobre 2010

Brésil: lulamania?

Dimanche, Lula passe le manche


Continuité ou rupture?


Deux Brésil...Contrastes

-« Là où le Brésil va, l’Amérique latine ira. » (Nixon 1971)
_______________________________

__Difficile de faire un bilan du lulisme, après huit années, qui ont peu à peu consacré sa popularité et vu le pays s'élever au niveau des grands.
Un bilan survendu?
L'homme d'exception a connu bien des
métamorphoses .
Son mouvement s'est progressivement développé et s'est banalisé . "Historiquement ancré dans le sud-est du pays, autour de Sao Paulo, où il a vu le jour, avec des incursions dans le sud, comme à Porto Alegre, laboratoire de la démocratie participative et berceau du Forum social mondial, le PT pourrait ainsi s'imposer comme la première formation politique du pays à l'Assemblée, avec une forte présence dans le Nord amazonien et le Nordeste. Autrefois, ces zones, les plus pauvres et les plus arriérées, étaient dominées par quelques grandes familles de caciques de droite. Une révolution.
" (Mediapart)
De grandes réussites, surtout au niveau social, mais des points noirs, dans un bilan contrasté. Mais le Brésil partait de bien bas.
On attendait plus tout de même, il aurait pu mieux faire, si on ose un bilan...
Lula a souvent déçu, surtout lors de son premier mandat: trop grande soumission au régime du FMI, alliances et affaires douteuses. Un homme très habile et parfaitement en phase avec la mentalité et les traditions brésiliennes et ses contradictions. On lui a parfois reproché une certaine démagogie. On peut aussi y voir une expression de ses origines modestes. "
En 2002, Lula a revu son look – barbe taillée de près, costumes bien coupés – et surtout adouci son discours. Symbole de ce changement, la «Lettre au peuple brésilien» publiée six mois avant le scrutin. C'est en fait une promesse aux investisseurs qu'en cas d'élection, il respectera les engagements de l'Etat, notamment le remboursement de la dette, et ne bouleversera pas la politique économique. Ce renoncement est un épisode crucial pour le PT, même si certains veulent encore croire à une simple tactique de campagne qui ne remet pas en cause les convictions. «A vrai dire, la modération du discours est en route depuis 1995 au sein du parti», reconnaît Valter Pomar.
(Mediapart)
Parler de "miracle" est exagéré.
Pas de révolution dans le pays, qui n'a toujours pas fait sa réforme agraire, la plaie de l'Amérique Latine, héritage colonial. Les quelques millions de "sans-terre" attendent toujours...
Comme en Argentine, l'agriculture du pays passe aux mains de l'agrobusiness voué à l'exportation, on défriche à tout va, les sols s'épuisent rapidement. Une impasse à long terme.
___Continuité et ruptures sans révolution. Le plan de vol semble tracé. Jusqu'où ira le pays dans les réformes nécessaires, sans leader quasi charismatique, objet d'une sorte de culte dans certaines couches sociales?
Les poches de pauvreté restent importantes, surtout dans le Nordeste et les favelas des grandes villes. A Rio, les contrastes sont saisissants, la violence s'incruste.

Il faudra encore plus d'un Lula pour venir à bout des problèmes de ce pays à deux vitesses...«"...beaucoup reste à faire. Les réformes structurelles capables d’enraciner les conquêtes démocratiques n’ont pas été effectuées et les profondes inégalités sociales qui perdurent depuis cinq siècles dans ce pays sont loin d’être résorbées ».(R.S.)

__________________________"..Le Brésil demeure le pays le plus inégalitaire au monde à peine 1% de la population du pays concentre 50% des richesses. Selon le coefficient de Gini qui mesure la répartition des richesses, le Brésil est l'un des plus mal placés, aux côtés du Honduras, de la Zambie ou de Haïti. Le salaire minimum est de seulement 200 euros..."(R.Soubrillard)

-Brésil | Dossier d'actualité - Yahoo! Actualités
-Brésil 2010 : Observation électorale
-Comment le Brésil est devenu un poids lourd sur la scène internationale
__________________________
Article repris dans Agoravox

Aucun commentaire: