Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 19 avril 2011

Electricité: dogme européen

Une loi controversée
____________________Un dogme contesté

Sur la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité

Concurrence en trompe-l'oeil et histoire sans frein...

__«Je ne pensais pas que cela arriverait, que les autorités européennes de la concurrence auraient une vue si dogmatique et voudraient appliquer la concurrence dans le secteur de l'électricité où pourtant cela s'applique très mal... Emportée par le courant des idées, la France a mis fin au monopole d’EDF et ouvert l’électricité aux disciplines du marché. La pression de la concurrence devait améliorer la gestion, dynamiser les équipes, faire baisser les prix du courant. Une dizaine d’années plus tard, telle la poule qui a couvé un canard, la France ébahie se dépêtre de ses paradoxes, le problème n’est plus de faire baisser les prix, mais d’accepter ou non de les laisser monter pour s’aligner sur ceux du marché européen. On avait ouvert l’électricité à la concurrence pour baisser les prix et il faudrait aujourd’hui les élever pour permettre la concurrence »__(Marcel Boiteux (ancien président d'EDF)
[_Un projet lumineux? _cliquez sur l'ampoule]
___________________

Un véritable hold-up , aboutissement logique du rapport Champsor
"Les fournisseurs profiteront de la manne nucléaire sans aucun investissement. On a vu ce que cela a donné il y a plusieurs années en Californie avec la grande panne électrique. Là-bas comme ailleurs, l’Etat s’est réapproprié le secteur. Quant à nous, nous privatisons à tour de bras !"
"C’est dans la nuit du 24 novembre que l’Assemblée Nationale a voté le texte définitif. Depuis début juin 2010, les parlementaires ont entre les mains l’avenir du service public de l’électricité. Les 27, 28 et 29 septembre derniers, le Sénat avait adopté le projet de loi.
_Du jamais vu : obliger une entreprise, dans le monde de la concurrence libre et non faussée, à céder une partie de ses atouts à des concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité. Cette loi est une étape supplémentaire vers la déstructuration complète du secteur électrique, sous le prétexte fallacieux de permettre la sacro-sainte concurrence, qui dans le domaine de l'électricité, tout le monde le constate désormais, fait augmenter les prix.
"
La loi Nome devrait faire exploser la facture d'électricité (peut-être 30% en cinq ans...peut-être plus)

_La Nouvelle organisation des marchés de l'électricité: "baptisée loi Nome, elle vise à assurer la concurrence entre les différents acteurs du marché de l'électricité. Elle s'appuie sur un constat: malgré l'ouverture des marchés à la concurrence, EDF conserve la clientèle de plus de 95% des ménages français. Selon le dogme actuel, si les clients restent chez EDF, c'est parce qu'il y a une distorsion de la concurrence, d'où l'idée de légiférer pour augmenter la concurrence. En ligne de mire, les tarifs réglementés d'EDF, que Bruxelles veut supprimer. Dans le même temps, la commission exige qu'EDF vende sa production électrique nucléaire à ses concurrents à un tarif inférieur au prix du marché, en clair à un tarif "régulé".___Curieuse façon de voir l'économie: on exige la suppression des tarifs régulés pour les particuliers et leur création pour les concurrents d'EDF... Etonnamment, Bruxelles n'a pas cherché à obliger les producteurs à faire des gains de productivité. N'aurait-il pas été plus logique de demander aux producteurs autre qu'EDF de faire des efforts pour produire moins cher? De les obliger à passer à des centrales plus performantes?"

__Une curieuse concurrence, organisée au frais des consommateurs , dans l'esprit de la lettre de la commission_europeenne ..."...On peut débattre de la rente supposée liée à la production d'électricité d'origine nucléaire dans notre pays mais il n'y à aucune raison d'en faire bénéficier les nouveaux entrants sans que ceux-ci soient concernés par les charges à venir. En procédant ainsi, on ne les incite pas à innover en investissant dans des unités nouvelles de production d'électricité. Et comment pourras-t-on vérifier que cette électricité achetée à un « prix discount » ne sera pas revendue plus cher à l'étranger par ces mêmes opérateurs ? Au final, c'est le consommateur qui sera pénalisé. Il y a quelques jours, on apprenait que Bercy autoriserait une nouvelle hausse de 3% des tarifs de l'électricité au début de l'année prochaine, après une augmentation identique le 15 août dernier destinée au financement des énergies nouvelles. La loi Nomé provoquera à nouveau une hausse importante des prix de la part d'EDF dans les années à venir qui répercutera à ses clients le manque à gagner du discount fait à ses concurrents sans aucune contrepartie positive, bien au contraire..." (La douloureuse du marché européen)

(Projet de loi portant nouvelle organisation du marché de l'électricité)
_Dans l’article «Sept lobbies à la loupe », paru dans le numéro du 22 mai 2008 du Nouvel Observateur, les journalistes Vincent Nouzille et Hélène Constanty, auteurs de «Députés sous influences» (Fayard), décrivent François-Michel Gonnot en véritable « lobbyiste en chef » de l’énergie. « Cet ancien journaliste adore agir en coulisse dans ses domaines de prédilection : les transports et l’énergie », écrivent-ils à propos du député UMP de l’Oise. _
_____________________________
___EDF, la victoire qui va faire flamber les tarifs
_ Le gouvernement fait le choix d’une électricité chère et dangereuse
___Sarkozy tranche en faveur de son ami Proglio
Réforme de l'électricité : l'Autorité de la concurrence sceptique
GDF Suez, malmené par la loi Nome
Electricité : "les fournisseurs devraient pouvoir construire des contrats pluriannuels assez rapidement"
Polémique sur les futurs tarifs de l'électricité
La réforme de l'électricité soumise au Conseil d'Etat

Nucléaire à prix d’ami pour les concurrents d’EDF : pas avant mi-2011 (député de l’Oise)
Electricité : l'Etat propulse la réorganisation du secteur

Aucun commentaire: