Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 9 novembre 2011

Monnaie au coeur


Repenser le rôle de l'argent
___On ne cesse d'en parler depuis trois ans, à la suite de la faillite manifeste d'un système où l'extrême financiarisation et ses dérives ont fini par miner le capitalisme d'investissement, la production.
Mais refonder l'économie,
dans les impasses où elle est, c'est changer les rapports sociaux, revoir la question des inégalités, c'est repenser le système des pouvoirs.
Eteindre les incendies locaux est vain si on ne s'attaque pas au coeur du foyer qui les génère.
Et ce foyer est surtout financier, qui a fini par coloniser le pouvoir politique.
«Bien qu'elle ait l'apparence d'un nombre, la valeur économique est bien une puissance de nature sociale»
Repenser le rôle de la monnaie, entre violence et confiance est sans aucun doute une urgence.
Lien______La monnaie est constitutive du lien social.
La crise de 2008 a révélé que la connaissance économique avait failli
et qu'un modèle avait fait son temps.
Un modèle entretenu et valorisé par une connaissance économique qui a elle-même failli. Les économistes, même nobélisés, le plus souvent aveuglés par les dogmes néo-libéraux, ont participé à ces dérives.
__Il faut "refonder» l'économie
"On se souvient de la sortie assassine de la reine d'Angleterre, en visite à la London School of Economics (LSE), en novembre 2008: mais pourquoi, avait alors demandé Elisabeth II à un parterre d'universitaires, n'avez-vous pas su anticiper la crise? Il avait fallu plusieurs mois aux économistes britanniques, tétanisés, pour articuler un début de réponse. L'effondrement des «subprime» a profondément discrédité une science économique coupée du réel, fascinée par d'élégantes abstractions mathématiques, insensible à l'évolution des grands équilibres macro-économiques de la planète...

«Alors qu'elle aurait dû être un guide pour nos sociétés, (l'économie) s'est révélée être une source de confusion et d'erreur. En son nom a été menée une politique suicidaire de dérégulation financière, sans que jamais l'ampleur des dangers encourus n'ait fait l'objet d'une mise en garde», résume l'économiste André Orléan, en ouverture de son nouvel essai, L'Empire de la valeur

Aucun commentaire: