Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 8 mai 2012

Le MUR

Comment l'appeler?

:גדר ההפרדה
....
« Clôture de sécurité israélienne »? « zone de couture »?, « barrière anti-terroriste » ? « muraille de protection »?
ou Mur de la honte?..
L'appellation n'est pas neutre et relève d'un jugement politique.
"Les opposants à la barrière, y compris dans les rangs des mouvements israéliens de gauche, surnomment la construction « mur de la honte » (par analogie avec le Mur de Berlin) ou « mur d'annexion ». Certains d'entre eux s'y réfèrent également en tant que « mur de l'Apartheid », par analogie avec le régime de ségrégation aboli en juin 1991 en Afrique du Sud. Le professeur Gerald M. Steinberg, politologue et chercheur israélien, conteste ce vocabulaire employé par les détracteurs de la barrière qui relève selon lui d'une stratégie de diabolisation. D'autres opposants réduisent l'expression à « le mur » (en anglais, « the wall ») ou, dans les médias, reprennent simultanément la motivation israélienne en parlant de mur de « sécurité . Des Palestiniens (dont les médias de l'Autorité palestinienne) se réfèrent fréquemment à cette barrière en langue arabe par la définition politique suivante de « mur de séparation raciale » (jidar al-fasl al-'unsuri)..."
_______"Le coût exorbitant de cette barrière (près d'un milliard d'euros) laisse penser à certains (JC.Victor) que son tracé est définitif et qu'Israël s'en servira de base pour un futur accord sur le tracé de ses frontières avec le futur État palestinien, annexant ainsi certaines colonies, dans le cadre éventuel d'un échange de territoires. Ce n'est pas l'avis des Palestiniens, ni de la communauté internationale (Assemblée Générale de l'ONU, Cour Internationale de Justice), ni même de certaines associations de la gauche israélienne, qui considèrent que l'objectif de la barrière est bel et bien politique. Pour les Palestiniens, la barrière se situe donc dans un projet d’expansion du territoire israélien. Les objectifs sécuritaires de l’édifice ne seraient qu'un prétexte afin de s'attirer les faveurs de l'opinion israélienne. La barrière ne serait pas selon eux une mesure sécuritaire provisoire mais une stratégie pour annexer une partie de la Cisjordanie, celle contenant la quasi-totalité des colons, et imposer de facto les frontières d’un futur État palestinien.." s'il voit un jour l'existence...

___Le film
Le serment donne indirectement une idée de cette géographie de la violence.
Ce document l'évoque de manière plus précise.
_____Déjà dix ans de folie, dans cette course à la sanctuarisation du territoire.
Un projet kafkaïen, pas encore terminé, dont le principe a d'abord été pensé par Zeev Jabotinsky, puis par ses épigones, toujours illégal pour l'ONU, qui renforce le complexe de Massada, encore évoqué par la droite israëlienne.
______Point de vue et analyse d'un Israëlien:
1_Les dix ans du Mur, l’imposant projet israélien!
2_«Le mur, le processus de paix et Jérusalem»3_Le plus possible de terres, le moins possible de palestiniens
4- «Piégés du mauvais côté»
5-Une nouvelle manière de résister
(7)
______________
_Israël : entre mythe et histoire
_
Israël : divisions et dérives
_ Israël derrière son mur

Aucun commentaire: