Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 10 novembre 2012

Au fil du Net

__ Dexia : un puits sans fond
_____Une bombe dans la zône euro, après le naufrage
 __________ "Tandis que l’État, la Cour des comptes, le patronat s’émeuvent du moindre dérapage des dépenses sociales, que les budgets pour la santé, l’éducation, la justice ou la défense sont réduits à la portion congrue, c’est sans difficulté apparente que les finances publiques signent pour voler au secours du système financier....
Jeudi, le ministère des finances a...annoncé que l’État français allait participer aux côtés de la Belgique à une nouvelle recapitalisation de Dexia, en faillite depuis 2008, à hauteur de 5,5 milliards d’euros. Les deux États se sont engagés à souscrire dès que possible à cette augmentation de capital réservée, sous forme d’actions préférentielles. Mais à ce stade, il n’est pas sûr que celles-ci soient assorties de droit de vote. Une question d’habitude dans les sauvetages bancaires.  Pour la France, cette nouvelle recapitalisation de la banque va représenter une dépense de 2,58 milliards d’euros, selon les nouvelles règles de répartition discutées cet été avec la Belgique. « Cette dépense n’était pas du tout prévue dans la loi de finances de 2013. Comment allons-nous financer cette somme ? Pour l’instant, je n’en sais rien », dit Philippe Marini, président de la commission des finances du Sénat."

_Paradoxe historique: l'Angola fait main basse sur l'industrie portugaise
______Quand l'ex-colonie aide l' ex-colonisateur

_Le vrai visage de Netanyahou
____ Gaza: rien de nouveau...

Après le vol des pigeons...
____      l'escadrille des aigles et des vautours

Laurence Parisot inquiète... le patronat
_____La politique du patronat, celle de ses intérêts !

_ Deux agriculteurs américains témoignent des méfaits des OGM 

Un ancien conseiller de Clinton : « Obama est (fut?) un Président faible » 
___"Le plus gros problème d’Obama, c’est qu’en quatre ans, il n’a pas fait grand-chose, même si ce n’est pas complètement de sa faute. Je blâme surtout le système politique américain qui a été créé pour ne pas marcher. Sans une supermajorité au Sénat (100 élus) et au Congrès (435 représentants), n’importe quel Président aurait du mal à faire passer ses projets. Et encore. Il lui faut composer avec les intérêts régionaux qui obligent ses propres élus à prendre des positions contraires parfois aux intérêts de son parti.
Ce système a été imaginé au XVIIIe siècle par des gens qui avaient peur d’un pouvoir central trop fort. Du coup, ils ont parié sur le fédéralisme, la décentralisation du pouvoir avec un Sénat très puissant où les petits Etats peuvent bloquer les plans du Président et des régions les plus peuplées ou une Cour suprême qui peut également tout arrêter.
Ensuite, nos campagnes politiques sont trop longues. Imaginez que Romney est en route depuis deux ans..."
_Le casse-tête commence...

_ Le Portugal s’apprête à ratifier "une bombe atomique fiscale"

_A Lure, quand les services publics s’en vont

_ Pourquoi j’ai publié la liste Lagarde?

Aucun commentaire: