Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 20 mars 2013

Féminisme de casting?

 _____Il y a eu Marie Olympe de Gouges, Simone de Beauvoir... et les  autres.
Malgré les luttes et les acquis, les femmes sont toujours discriminées, dans certains pays plus que dans d'autres. On constate même parfois çà et là de singulières régressions.
Serions-nous arrivés aujourd'hui au postféminisme, au féminisme d'un nouveau type, à un hyperféminisme, dont les armes sont désormais l'exhibition des seins, l'expression bruyante, quelques slogans tagués?
Femen:une troisième vague historique? Elles sont partout, sans crainte de refroidissement..
 Aux caméras citoyennes! Aujourd'hui, la téton-revendication...pour attirer  objectifs voyeurs et paparazzi en mal de unes croustillantes et colorées.
Elles le disent:
 On sait de quoi les médias ont besoin. Du sexe, des scandales, des agressions : il faut leur donner. Etre dans les journaux, c’est exister. C’est aussi notre seule protection face aux attaques, pendant les manifs. »
_Avec les médias, pas d’états d’âmes. C'est ce  que Marguerite, une militante, aime chez les Femen 
_« Le fait d’avoir montré mes seins deux fois pendant des actions, ça m’a permis de pouvoir parler à de nombreux journalistes et de pouvoir dire quel type d’oppression on subit. »
Mieux vaut dix caméras que 30 manifestants, assure Inna. D’ailleurs, pendant l’entraînement, elle scande aux filles, toujours en anglais : « On travaille avec les caméras. On partage notre message. »
___Elles sont arrivées de l'Est, ces nouvelles  amazones, au sextrêmisme discuté, envoyées au combat par le  milliardaire allemand Helmut Geie, notamment.
Une marque déposée, avec ses produits dérivés.
Un produit marketing, à .l'obsolescence programmée...
L'image est bien fabriquée, faite pour être  vue à la télé. Le mouvement  est financé: " par les activistes, par la vente de produits à l'effigie de Femen ainsi que par des donations de personnes privées comme le milliardaire allemand Helmut Geier (également connu comme DJ sous le pseudonyme DJ Hell), la femme d'affaires allemande Beate Schober (résidant en Ukraine et possédant une entreprise de relocalisation professionnelle), et l'homme d'affaires américain Jed Sunden (fondateur du groupe de presse ukrainien KP Media (en) comprenant le journal Kyiv Post"
____On est loin du féminisme militant, souvent discret et anonyme mais bien plus risqué de certaines tunisiennes ou égyptiennes, "c’est ces femmes qui ont défilé dans les rues du Caire, pas les Femen ! Et sur ces femmes-là, je vois peu de documentaires TV », ( sur Twitter, le 6 février dernier, la correspondante de France Inter en Egypte, Vanessa Descouraux.)
Un phénomnène en voie de disparition, remarque  Mona Chollet,
"Les Femen sont parfaitement adaptées à la société du spectacle: elles ne conçoivent pas de doctrine, elles n’élaborent pas de plan : elles produisent du show et des produits dérivés . Elles en sont récompensées. Mais cela ne peut durer qu’une seconde. Car, comme le dit George Steiner, pour gagner à ce jeu-là, tout doit être calculé pour avoir « un impact maximal et une obsolescence instantané ».
 L’impact maximal a été atteint. Vient maintenant l’obsolescence..."
______________________
-Paru dans Agoravox

Aucun commentaire: