Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 12 février 2015

Point d'histoire

 Quelques notes sur les femmes allemandes sous le Troisième Reich.

          On retient souvent les aspects les plus abjects du comportement de certaines femmes nazies cruelles , dévouées aveuglément au parti comme auxiliaires aux tâches criminelles d'élimination.
       Il est plus intéressant de se pencher sur la condition générale des femmes sous le Troisième Reich.
   L'article de Wiki est assez bien documenté sur ce sujet, montrant les continuités et les ruptures, les contradictions du système reléguant la femme à ses tâches traditionnelles les plus conventionnelles, dans la plus pure tradition prussienne, tâches essentiellement reproductrices, au nom de théories biologiques bien distillées, mais n'hésitant pas à la mobiliser pour l'effort de guerre quand il le fallait, pas seulement pour des tâches annexes.
  L'instrumentalisation du vote des femmes est très tôt évoqué: Joseph Goebbels notant ainsi dans son journal, le 23 mars 1932 : « Le Führer met au point de toutes nouvelles idées sur la place de la femme. Elles sont d’une importance éminente pour la prochaine bataille électorale, car c’est justement sur ce terrain là que nous avons été attaqués lors de la première élection. La femme est la compagne de l'homme pour le sexe et le travail. Elle l’a toujours été et le restera. Elle doit l’être même dans la situation économique actuelle. Autrefois aux champs, aujourd’hui au bureau. L'homme est l’organisation de la vie, la femme son soutien et son organe d’exécution ! Cette conception est moderne et nous élève au-dessus de tout ressentiment populaire allemand ». En 1933, Joseph Goebbels justifie cette position en expliquant qu'« il faut laisser à l'homme ce qui appartient à l'homme ». On passe ainsi d'une situation où 37 députés sur 577 députés sont des femmes à aucune, après les élections législatives de novembre 1933.
___________C'est toute une conception de la famille que le Parti essaie de façonner , par une propagande bien organisée, apte à engendrer une adhésion inconditionelle, voire une fascination parfois hystérique.
   Rien n'était laissé au hasard dans la formation des génitrices de la race supérieure
      Il est difficile de comprendre des décennies plus tard pourquoi des femmes ont adhéré à un système qui restreignait leurs pouvoirs de citoyennes. Cela est à replacer dans le contexte de l'époque, beaucoup de femmes ne considérant pas le droit de vote ou l’élection comme une avancée sociale majeure pour elles. « La liberté toute neuve que certaines accueillirent avec joie effraya les autres. Les femmes qui se conformaient à leur rôle traditionnel de mère voulaient être reconnues comme telles. Elles se considéraient comme une espèce en voie de disparition que seul un patriarcat viril serait en mesure de sauvegarder. Elles demandaient le droit de se retirer d’un monde qu’elles percevaient comme chaotique et dangereux pour se réfugier dans la sécurité du foyer familial. Un gouvernement autoritaire, espéraient-elles, apporterait ordre et santé à la nation, et rapprocherait les pères de leurs familles » Certaines, depuis les années 1920 « rêvaient en fait d’organiser le monde en un vaste espace féminin, placé bien sûr sous la garde des hommes, mais hors d’atteinte des prélats et des politiciens », un monde de femmes aux foyers, un « espace social » voire un « espace vital » (l’expression précède alors son utilisation ultérieure par Hitler) dans lequel elles pourraient se retrouver entre elles sur des sujets et des préoccupations qui les concernent. Pourtant, après plusieurs réformes et mesures politiques (programme nataliste de la SS, législation sur le divorce…), beaucoup de femmes nazies se sentirent « trahies » (wiki)
Magda Goebbels le dit clairement: "Si la fille allemande doit choisir entre mariage ou carrière, elle sera toujours encouragée à se marier, car c’est ce qu’il y a de mieux pour une femme »
  On n'oubliera pas cependant le rôle que certaines femmes ont joué très tôt dans l'opposition  au régime.
Dès 1933 et jusqu'à la fin, des femmes se dressent courageusement contre un système dont elles voyaient la perversité.
_______
Aujourd'hui, « Kinder, Küche, Kirche und Karriere »?
_________________

Aucun commentaire: