Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 28 mai 2015

Grèce: toujours et encore....

Sur un fil
                 On n'en a pas fini avec le problème grec, même si la question n'est pas toujours au premier plan.
L'incertitude est toujours d'actualité, les échéances sont sans cesse reportées.
    La faiblesse de Syriza fait sa force pour l'instant et sa détermination pour sortir de la trappe à dette perturbe le système.
     Les créanciers semblent temporiser et les tensions se font sentir au sein des partenaires les plus intransigeants.
    Le gouvernement grec se dit ouvert à un compromis après les mesures irrationnelles et dévastatrices de la Troïka. Mais il demande du temps pour faire les réformes de fond. Et il n'est pas sûr que la sortie de l'euro ne devienne pas inévitable.
   En attendant, la situation humanitaire est catastrophique dans ce pays fantôme, comme le remarque The Times:
« Les hôpitaux à travers la Grèce manquent des équipements les plus basiques, y compris d’anesthésiants, de ciseaux et de draps, alors que des années de débâcle économique ont laissé le système de santé national dans un piteux état.
Le nombre de Grecs sans assurance médicale a atteint 2,5 millions, à comparer avec 500 000 avant la crise qui a éclaté en 2008
Les dépenses publiques de santé ont chuté de 25 % depuis 2009, occasionnant un manque d’équipement médical et de liquidités pour payer les salaires des infirmières. »
     Des malades lourdement atteints, sans soins appropriés, décèdent. La malnutrition fait des ravages.
Les secours s'organisent tant bien que mal.
     Les instances européennes n'en ont cure et continuent à pratiquer la stratégie du noeud coulant.
Mais, fait remarquable,un début de lucidité commence à se manifester dans certains milieux en Allemagne, où les positions officielles sont les plus intransigeantes et les plus irrationnelles.
    Die Welt explore timidement et incomplètement les origines et les conditions de la crise grecque,  ce qui n’a pas marché.
L'économiste P.Krugman s'interroge sur  l'impasse créée par les instances financières.
_____
-Chantage? Christine Lagarde: a confié qu’une sortie de la Grèce de l’euro (le « Grexit ») était une « possibilité », qui ne signifierait « probablement pas » la fin de l’euro
Des économistes se déclarent en faveur de la Grèce

_____________________________

Aucun commentaire: