Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 18 novembre 2016

Grand la romaine

C'est tout aux confins des Vosges.
        Au coeur d'un petit village.
             En un lieu improbable, à quelques lieues de Neufchâteau.
                          Là où les touristes ne s'aventurent guère.
                                     Sans doute assez peu connu même des amateurs d'archéologie.
         
               Le site de Grand, très tardivement découvert, partiellement mis à jour, offre quelques petites merveilles, oubliées et partiellement préservées, grâce à l'enfouissement et l'oeuvre des siècles.
   Cité religieuse fortifiée, elle offre d'importants reliefs: un ample amphithéâtre, un musée où sont rassemblées les pièces découvertes sur place, surtout une importante et admirable mosaïque au sol, une des plus grande du monde romain..
    Un site dédié à Apollon, qui attirait même des empereurs romains, dont Constantin, qui y fit un passage: "...  alors en route vers Trêves, il s’y est arrété en 309 dans le  sanctuaire le plus beau du monde (templum toto orbe pulcherrimum), selon l’expression de l’auteur inconnu du Panégyrique de Constantin.… Durant ce pélerinage, il aurait eu une vision divine d’Apollon qui lui laisser espérer un règne heureux et long.
      Bon, difficile de démêler le vrai de la légende, dans cette note furtive. En tous cas, son passage, comme celui de quelques autres, est avéré, sur un haut lieu célèbre pour ses sources et ses résurgences. On connaît l'importance que les Romains attribuaient aux sources et aux cultes qui y étaient souvent rendus. Grand, à l'époque étaient une sorte de Lourdes. Un complexe réseau aquatique souterrain reste à découvrir.
        Wikipédia évoque cette cité, faisant allusion au nom du lieu (c'est à Grannus, surnom d'Apollon, que l'on rapporte l'origine du nom de Grand (Vosges). et donne une idée des débats en cours sur l'origine, la configuration et les fonctions des activités qui s'y déroulaient.
      Grand, la gallo-romaine, continue à susciter admiration et perplexité chez ceux qui ont le courage de faire le détour, bien payés en retour, comme ce fut mon cas, il y a déjà bien des années.
   Il reste encore beaucoup à faire pour continuer des fouilles, en partie neutralisées par l'habitat. Mais le manque de moyens, comme à Thérouanne, oblige à se contenter des résultats des travaux déjà accomplis et à faire travailler son imagination...
________________________

Aucun commentaire: