Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 26 décembre 2016

Ciel, la dette!

Petite piqûre de rappel
                         Le serpent de mer ne resurgit plus qu'épisodiquement.
      L'hyper-dramatisation autour de la dette publique s'est un peu effacée, même si, comme il faut s'y attendre, elle reviendra dans la campagne qui se prépare..
   On ne parlera pas bien sûr de celle, abyssale, des USA, ni de celle de nos voisins, même allemands.
   Mais la nôtre est toujours vue avec une telle lunette qu'on en oublie, si on en a entendu parler, que 59% de la dette publique proviennent des cadeaux fiscaux et des taux d’intéretexcessifs, sur les marchés financiers, dont nous sommes devenus dépendants pour leur plus grand bonheur.
    Voilà qui va à l'encontre de bien des aspects de la langue de bois officielle, souvent culpabilisante et unilatérale à la quelle nous sommes habitués, si on en croit ce rapport, qui n'a rien de fantaisiste [ note-dette.pdf]
      Mais on pouvait déjà le savoir
  Que la dette soit une construction artificielle, résultat de choix politiques discutables, à visée ultralibérale, Michel Rocard, avec d'autres, nous l'avait déjà discrètement signalé.
    Maintenant que sa logique est installée dogmatiquement dans les institutions, il va être difficile de sortit de sa logiqupe perverse (pas pour tout le monde), sans modifier en profondeur la logique du système financier international, tel qu'il est devenu. Il suffit d'écouter là-dessus d'anciens banquiers repentis, comme Naulot.
      La logique du too big to fail, issue de la crise financière évitable, a bien profité aux grandes banques, mais moins au contribuable et au citoyen. Michel Barnier est devenu discret là-dessus.
         Nous ne sommes pas sortis de cette logique, de cet étau.   Un audit citoyen sur la dette se fait toujours attendre.   On évoque le cas de la Grèce, qui masque tous les autres. On y a voulu y sauver surtout ...les banques européennes,  mais pas seulement.   On comprend pourquoi elle peut encore durer.   Sans parler des fonds vautours qui continuent à oeuvrer de par le monde. 
______________________________________

Aucun commentaire: