Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 2 février 2017

Les pauvres nous em.....

   Qu'en faire?
                      Non seulement ils exagèrent, mais aussi ils gâchent le ,paysage.
            Et il n'y a pas que la vue, qui vous bousille une journée.
    Surtout les pauvres vraiment pauvres, pas seulement les nombreux précaires, travailleurs pauvres, qu'on ne voit pas du tout, parfois uberisés, qui dorment même dans leur voiture.
   C'est vrai qu'on devrait, non pas les supprimer, il faut rester humain, mais trouver une solution pour les mettre à part.  Pour leur bien.
    Ainsi on les oublierait mieux et on vivrait mieux, l'esprit moins tourmenté.
    Le monde de nos villes serait plus clean et on n'aurait plus sous les yeux le spectacle affligeant et outrageant de la paresse, du laisser-aller et parfois de la déchéance. comme aurait dit J.Swift.
    Délocaliser la pauvreté, voilà la solution. Après tout c'est de leur faute.
       Regardez Trump, même Fillon, ils ont travaillé dur et se sont fait tous seuls.
      Mettre fin au monde grandissant des assistés, au coeur de nos pays riches.
   Oui, parce qu'ils augmentent, ainsi que les mal logés, c'est intolérable.
         Et ils nous dérangent, ici comme aux USA.
   Cette nouvelle  maladie contagieuse nous fait peur et perturbe notre bonne conscience. Il y a trop d'assistance!
  Mme  Lagarde a beau venir (une fois) plaider leur cause,comme nu nouvel abbé Pierre, ça empire.
    Comme disait John Locke, qui y allait peut-être un peu fort, il faut trouver une solution. Pas comme à Paris sous l'Ancien Régime, où on n'y allait pas de main morte.
              ... Les vagabonds et les mendiants entre 14 et 50 ans qui mendient hors de leur paroisse sans laisser-passer seront arrêtés et condamnés aux travaux forcés pour trois ans : ou sur le port en attendant qu’un navire de Sa Majesté puisse les embarquer avec un salaire de soldat, frais de bouche déduits. S’ils imaginent pouvoir s’échapper à la première escale, ils seront traqués et punis comme déserteurs. S’ils s’aventurent à fabriquer un faux laisser-passer, ils auront les oreilles coupées et seront déportés dans les plantations coloniales en cas de récidive....
   _______________________

Aucun commentaire: