Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 11 août 2017

Angela dans tous ses états

En route pour un quatrième mandat.
                                                      L'inoxydable Mutti semble avoir devant elle un boulevard.
          Angela ne se fait pas trop de souci.
     Malgré les crises et les remous, le trône de la Königin n'est pas prêt de vaciller.
Malgré les critiques externes et internes.
    La jeunesse semble lui être acquise.
          Les Verts se rapprochent de sa ligne souvent opportuniste.
   Et surtout son rival Martin Schultz du SPD ne constitue plus une menace potentielle, comme le font apparaître les dernières élections locales.
    La ligne ordo-libérale sera donc préservée par la "Mädchen" de Helmut, de même que l'héritage de Schröder.
    Les réformes de fond attendront. Pour l'Europe en souffrance, elle manifeste quelques vélléités de réformes, fait le pari risqué de la relance de l'Europe monétaire, mais pas sur l'essentiel, qui place le pays de Goethe en situation de fait hégémonique économique et financière. Pour la mutualisation comme la solidarité, on verra plus tard.
   Elle a l'habileté de rester consensuelle et de rester dans un flou souverain', une attitude habile 'car dans un climat de crise économique, on souhaite de la sécurité et du calme', juge Rudolf Korte. Selon lui, elle se rend 'difficilement attaquable' en se posant en 'modératrice de la grande coalition' gouvernementale CDU-SPD..."
   Si Angela est populaire, on peut dire que, dès 2009, c'est "par défaut"
    Comme dit un opposant  Merkel est une «politicienne Téflon», ayant l'art de savoir toujours rebondir. (*)
   Le modèle allemand ne lui pose pas problème, pas plus que le nombre important des travailleurs pauvres. La hartzisation de l'économie continue à produire ses effets.
          L'épineuse question des excédents allemands, dont on commence à s'inquiéter à Bruxelles, va continuer à être un boulet pour la chancelière et la politique économique boutiquière et à courte vue du pays est un énorme défi pour demain. La puissance relative de Berlin est une fragilité masquée au coeur de l'Eurogroupe..
    Le "plein emploi", oui, mais à quel prix?
     Le jeu politique de Merkel, qui ne fait qu'appliquer de manière soft la ligne de la droite libérale allemande, ne fait pas l'unanimité à Berlin.
________________
__  L'ancien chancelier, celui des années de plomb, à 80 ans, en pleine création de l’euro, attaquait (ainsi) frontalement les banquiers centraux allemands, gardiens du deutschemark, les traitant comme de sales gamins égoïstes : « Au plus profond de leur cœur, les patrons de la Bundesbank sont réactionnaires. Ils sont contre l’intégration européenne… Ils ont une tendance à trop agir et réagir en fonction d’intérêts nationaux et ils n’ont pas compris la nécessité stratégique de l’intégration européenne. » Plus tard, à 90 ans, en pleine crise de l’euro, c’était au tour de Wolfgang Schäuble et Angela Merkel de se faire traiter de débutants : « Il comprend bien les problèmes fiscaux et budgétaires. Mais les questions de marchés financiers et monétaires internationaux, des systèmes bancaires et du contrôle des banques sont nouvelles pour lui », disait-il de Schäuble : « Et c’est la même chose pour Merkel… Or, aux meilleurs postes, nous avons besoin de personnes  qui comprennent l’économie d’aujourd’hui », déclarait-il dans une interview accordée en 2010 au quotidien berlinois Der Tagesspiegel...
                                       (*) La longévité d’Angela Merkel en est un indicateur : il n’y a personne qui puisse lui faire concurrence au sein la CDU. Personne. Quant au SPD… Souvenez-vous quand Sigmar Gabriel a laissé tombé la présidence du parti, que Martin Schulz est arrivé, et du processus stalinien auquel nous avons eu droit pour finir sur une élection de Schulz avec 100 % des voix ! C’est du jamais vu. Ce résultat montre le niveau de détérioration du parti.
    La longévité d’Angela Merkel est due à l’affaiblissement des partis politiques, à la fin des idéologies. Merkel peut prendre n’importe quelle position : elle a une technique qui fait que personne ne peut s'élever contre elle. Vous souvenez-vous par exemple qu’elle était la chancelière de l’atome ? Avant son arrivée au pouvoir, le gouvernement SPD-Verts avait fait passer une loi pour mettre fin à l’énergie nucléaire. Une fois à la chancellerie, Merkel a fait changer cette loi, rallongeant la période de fonctionnement des centrales allemandes. Puis, c’est l’explosion de Fukoshima. Elle dit alors : « Dans deux semaines, nous fermons nos centrales. » Et ça marche ! Elle réussit à gagner en popularité ! Personne n’a cherché à contester sa décision.    
    Je ne la qualifierais pas de pragmatique. C’est une politicienne extraordinairement opportuniste, qui arrive à faire un nombre incroyable de choses sans fâcher les gens. On l'a bien vu lors de la crise des réfugiés. Au début, il y avait une forme d'euphorie, puis sont arrivés les événements du nouvel an à Cologne et Merkel a complètement changé son fusil d’épaule. Aujourd’hui, ceux qui sont en faveur des réfugiés vont voter pour elle car ils se souviennent comment elle a ouvert les frontières ; ceux qui sont contre les réfugiés vont aussi voter pour elle car ils se souviennent comment elle les a fermées !
   C’est étonnant la manière dont elle arrive à faire ça. Cela dit beaucoup de notre système politique, de son degré de détérioration. Car on pourrait penser qu’il y a un parti d’opposition au Parlement, qu'il pourrait poser des questions… Mais ni sur le nucléaire, ni sur les réfugiés, l'opposition ne s'est mobilisée. Merkel est une politicienne extraordinaire dans le sens où elle est capable de faire les pires choses sans faire de mal. C’est du Téflon. Une politicienne Téflon !
     La réalité, c'est qu'Angela Merkel est complètement dopée à l’argent. Avec une économie allemande si riche, elle ne peut qu'être confiante en elle lorsqu’elle se rend aux sommets et réunions européens. Tous les autres sont malades ! Ce n’est pas difficile d’être bon dans cette configuration...
_________________________________

Aucun commentaire: