Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 8 décembre 2017

Point d' histoire

Elles furent les gardiennes
                                        Les femmes de soldats de 14.
   Célébrer les poilus ne doit pas fait oublier la condition des femmes restées seules au foyer et assumant  les plus rudes tâches, à la ville comme à la campagne.
   A la campagne surtout. Souvent engagées dans l'effort de guerre
       «Les Gardiennes», comme les appelle Xavier Beauvois, dans son récent film, Un film à la grande épaisseur historique et à la densité plastique  remarquée.  
     L'histoire peut être écrite ou donnée à voir de bien des manières, en mettant l'accent sur des faits ou des situations souvent négligées, mais parfois décisives, en dehors de l'événementiel, comme Eric Vuillard, sur un autre plan, pour une autre guerre, dans son roman L'ordre du jour.
               
 Les paysans furent  fortement mobilisés. La france restait majoritairement paysanne.
       Passant de la faux au Lebel, ces terriens, très vite embourbés, enterrés, de moins en moins enthousiastes, moururent en masse au champ d'honneur, à Verdun ou ailleurs.
« Les champs dévastés avaient des airs de terrain vague, avec leur meule en ruine et leurs javelles culbutées. Ce qui me fout à ressaut, c’est d’aller me faire fendre la gueule pour trois champs de betteraves qui ne servent plus à rien » écrit le soldat Roland Dorgelès, 74e RI, dans Les croix de bois. « Gens de la terre, ils souffrent plus que ceux du Midi devant leurs récoltes non rentrées, foulées aux pieds » constate Renaud Jean dans la Meuse. - See more at: http://www.humanite.fr/guerre-de-14-les-paysans-fortement-mobilises-547157#sthash.csM5eenk.dpuf
  
« Les champs dévastés avaient des airs de terrain vague, avec leur meule en ruine et leurs javelles culbutées. Ce qui me fout à ressaut, c’est d’aller me faire fendre la gueule pour trois champs de betteraves qui ne servent plus à rien » écrit le soldat Roland Dorgelès, 74e RI, dans Les croix de bois. « Gens de la terre, ils souffrent plus que ceux du Midi devant leurs récoltes non rentrées, foulées aux pieds » constate Renaud Jean dans la Meuse. - See more at: http://www.humanite.fr/guerre-de-14-les-paysans-fortement-mobilises-547157#sthash.csM5eenk.dpuf
« Les champs dévastés avaient des airs de terrain vague, avec leur meule en ruine et leurs javelles culbutées. Ce qui me fout à ressaut, c’est d’aller me faire fendre la gueule pour trois champs de betteraves qui ne servent plus à rien » écrit le soldat Roland Dorgelès, 74e RI, dans Les croix de bois. « Gens de la terre, ils souffrent plus que ceux du Midi devant leurs récoltes non rentrées, foulées aux pieds » constate Renaud Jean dans la Meuse. - See more at: http://www.humanite.fr/guerre-de-14-les-paysans-fortement-mobilises-547157#sthash.csM5eenk.dpuf
« Les champs dévastés avaient des airs de terrain vague, avec leur meule en ruine et leurs javelles culbutées. Ce qui me fout à ressaut, c’est d’aller me faire fendre la gueule pour trois champs de betteraves qui ne servent plus à rien » écrit le soldat Roland Dorgelès, 74e RI, dans Les croix de bois. « Gens de la terre, ils souffrent plus que ceux du Midi devant leurs récoltes non rentrées, foulées aux pieds » constate Renaud Jean dans la Meuse. - See more at: http://www.humanite.fr/guerre-de-14-les-paysans-fortement-mobilises-547157#sthash.csM5eenk.dpuf
« Les champs dévastés avaient des airs de terrain vague, avec leur meule en ruine et leurs javelles culbutées. Ce qui me fout à ressaut, c’est d’aller me faire fendre la gueule pour trois champs de betteraves qui ne servent plus à rien » écrit le soldat Roland Dorgelès, 74e RI, dans Les croix de bois. « Gens de la terre, ils souffrent plus que ceux du Midi devant leurs récoltes non rentrées, foulées aux pieds » constate Renaud Jean dans la Meuse. - See more at: http://www.humanite.fr/guerre-de-14-les-paysans-fortement-mobilises-547157#sthash.csM5eenk.dpuf
      Elles, prirent le relai, la faux et la charrue, travaillèrent au champ, à l'usine, de plus en plus résignées. D'autres furent munitionnettes, par nécessité; assumant tous les risques. Parfois confidentes pour le poilu harassé.
                   Les femmes n'avaient pas le choix.
L'appel de Viviani fut entendu, qui fit de nécessité vertu.

   « Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie.
   Remplacez sur le champ de travail ceux qui sont sur le champ de bataille.
   Préparez-vous à leur montrer, demain, la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés !
   Il n'y a pas, dans ces heures graves, de labeur infime.
   Tout est grand qui sert le pays.
   Debout ! A l'action ! A l'oeuvre !
   Il y aura demain de la gloire pour tout le monde ».

          
             Mais les droits.ne suivirent pas, même si des idées germèrent, qui plus tard fructifièrent. 
       Le droit de vote, ce fut 30 ans plus tard... Un combat de longue haleine.
  Une médaille de consolation pour les 600000 veuves. 1 million d'orphelins.
             Et la guerre s'invita aussi au coeur des couples.
_______________________ 

Aucun commentaire: