Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 25 janvier 2018

Fake News d'ici et d'ailleurs

D' hier et d'aujourd'hui.
                                    Les Fake News fausses nouvelles sont, répète-ton, d'actualité.
   Mais pourquoi donc et pourquoi maintenant?
    Comme si le mensonge, la contre-vérité, la manipulation, l'intoxication, la propagande, le bourrage de crâne, grossier ou soft, n'avaient pas toujours existé, à des degrés divers, dans des contextes variés?
  Autrefois ou plus récemment. De manière individuelle ou collective.
  Tromper l'ennemi, ou parfois les alliés, est une vieille pratique d'Etat en maintes occasions.  Tromperies, roueries, fausses promesses abondent, pas seulement en période de conflits.
 Le mensonge d'Etat  n'est pas nouveau.  La guerre froide a été saturée de fausses nouvelles, dans une optique cyniquement machiavélique. 
  On se souvient des mensonges qui ont présidé à la justification de la guerre d'Irak et les autres gros mensonges américains. 
           __Une loi sur les “fake news”, d'où qu'elles viennent est un projet irréalisable ou dangereux.
  Les dénoncer, par contre, quand elles sont reconnues ccomme telles, est toujours possible, après de bonnes investigations et non sur la base de rumeurs.
     “Le grand danger, c’est de donner la responsabilité à l’Etat de dire le vrai du faux, surtout à l'heure de la massification et de l'extension rapide des fausses nouvelles. car l'Etat ne peut être  un arbitre neutre.
   Derrière l’illusion d’un diagnostic, l’expression fonctionne comme un écran, un alibi pour une censure étatique qui masque les causes du discrédit de la parole publique et son histoire.
      La culture, l'esprit critique, l'instruction  l'exigence d'une presse de qualité et libre sont les    meilleurs défenses.
  De nombreux effets pervers découleraient d'une législation imposée en ce domaine.
      Il faut se méfier de ceux qui se déclarent censeurs suprêmes et infaillibles et de la notion de post-vérité, et surtout de ceux qui veulent faire taire toutes critiques, sous prétexte de "fausses nouvelles"
   Ne pas faire confiance à ceux qui disent Faites-nous confiance, on va vous dire ce qui est vrai !”
     Internet n'a pas inventé  les mensonges et force est de constater que les plus dangereux ne sont pas ceux qui circulent anonymement sur les réseaux sociaux mais ceux qui sont proférés de façon très officielle par les gouvernements avec le concours des médias institutionnels....
        On peut tromper une partie du peuple tout le temps  et tout le peuple une partie du temps mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. » (Abraham Lincoln)
       Dans les faits, linformation est (souvent) une guerre, et si lon considère lexploit davoir fait élire un banquier semi-royaliste à la présidence française dans un monde post-2008, on peut en tout état de cause constater que la poignée de milliardaires qui contrôlent la quasi-totalité des médias continue à la gagner.

   Certes, lavènement dInternet a un peu changé la donne. Il semble plus difficile à une info, quelle quelle soit, de ne pas sortir (même si par définition, lexistence dune info demeurée inédite reste invérifiable). Mais le bouillonnement de la toile, son joyeux désordre, son pêle-mêle organique évoquent des hordes barbares se heurtant à lextrême coordination des légions romaines. Le déclin de lEmpire est sans doute amorcé, mais ses outils de propagande restent une machine sur laquelle se fracassent encore des guerriers dépenaillés.
      Internet, combien de divisions ? La supériorité de ladversaire, cest toujours un peu largent, bien sûr, mais, face à la multiplication anarchique des sources et des canaux de diffusion, cest surtout la méthode. Si désormais on peut difficilement contrôler le flux des infos qui sortent, on peut encore agir sur un aspect décisif : la hiérarchisation. 
   Dans le traitement tendancieux de linfo par la presse mainstream (hier on disait « la presse bourgeoise » et le terme était sans doute plus juste, mais ce nest pas la moindre des victoires de la réaction davoir ringardisé la vérité), on peut dégager trois grands cas de figures.
    Premièrement, un événement qui fait la une nécessite une interprétation biaisée, sans quoi le système en vigueur sexpose un peu trop sans masque. Exemple : la crise grecque. Comme il était difficile de minorer lampleur dune telle crise, et un peu gênant davoir à justifier la violence coercitive qua infligé lUnion Européenne (sous limpulsion de lAllemagne, symbole toujours fâcheux) à l’égard dun gouvernement grec démocratiquement élu (à qui on aura quand même fermé ses banques pour le faire plier, cest-à-dire quon était prêà faire crever tout un pays pour sauver le système), on sest employé à tellement en embrouiller les causes que les responsables désignés se sont retrouvéêtre, non plus des banques que la cupidité poussait à pratiquer des taux dusurier toujours plus délirants, mais des petits retraités dont il fallait impérativement diminuer les pensions pour que la dette (la dette, Sganarelle !) puisse être remboursée. Goldman Sachs pouvait ainsi tranquillement continuer sa route (et embaucher Barroso au passage, excusez du peu), pendant quon vouait les pouilleux grecs à une damnation éternelle
     Cest la méthode dite du « Salaud de pauvre », qui a fait ses preuves, et qui peut se décliner sous de multiples variantes. (Elle peut utilement être complétée par la technique du « Cause toujours » quand on lui objecte des arguments imparables, tel celui de la dette de lAllemagne abolie en 1953.)   Cette méthode implique des présupposés totalement arbitraires présentéad nauseam comme allant de soi. Ici, en loccurrence, que le bon droit et la morale sont toujours du côté du créancier, jamais du débiteur, et que toute dette doit être remboursée, quoi quil en coûte, sans quoi cest toute l’économie mondiale, et avec elle toutes les valeurs morales, qui risquent de seffondrer. Cest la méthode dite du« Salaud de pauvre », qui a fait ses preuves, et qui peut se décliner sous de multiples variantes. (Elle peut utilement être complétée par la technique du « Cause toujours » quand on lui objecte des arguments imparables, tel celui de la dette de lAllemagne abolie en 1953.)
    Deuxièmement, un événement qui pourrait faire la une est tout juste mentionné dans quelques brèves. Exemple : la semaine dernière, des mouvements de grève ont éclaté dans toute lAllemagne pour réclamer, non pas les 35h (ils y sont déjà, ah tiens ?), mais les 28h. Une telle info échappe tellement au cadre discursif mis en place par nos troupes d’éditorialistes (les Allemands travaillent alors que les Français ne foutent rien et cest pour ça quils sen sortent et pas nous) que le mieux est de lignorer purement et simplement : on la pose là, on ne la commente pas, on ne la discute même pas, on attend quelle passe. Cest la méthode OSEF.
    Troisièmement, un non-événement fait la une. Cest le corollaire et lexact inverse du point précédent : on nous vend quelque chose de totalement anecdotique et futile comme quelque chose dhistorique. Exemple : la COP21. Des pays se mettent daccord pour limiter le réchauffement climatique à deux degrés (ou un degré et demi, de toute façon le chiffre na aucune importance puisquil ninduit aucune mesure concrète), cest totalement incantatoire, absolument pas contraignant, aucune entreprise polluante nest spécifiquement visée, menacée, concernée, ils auraient pu aussi bien proclamer la paix dans le monde ou la fin du cancer avec la même candeur et la même crédibilité, mais cest présenté comme une incroyable victoire diplomatique qui va permettre de sauver la planète. Ce type dinfo peut faire des semaines. Elle a le mérite, pendant ce temps, de ne pas parler dautre chose. Appelons-la « méthode Lady Di » pour faire court.
   Contrairement au gouvernement actuel, je ne crois pas quil soit possible de légiférer contre les fake news sans porter gravement atteinte à la liberté dexpression. Des milliardaires ont le droit de faire raconter nimporte quoi dans leurs médias pour préserver les intérêts du capital. Salauds de pauvres, OSEF ou Lady Di : à charge pour nous de déconstruire sans relâche leurs méthodes, et pour les médias alternatifs de proposer systématiquement linverse, sils veulent devenir ce quils ont vocation à être, le contre-pouvoir du quatrième pouvoir. (Laurent Binet)
___________________________

Aucun commentaire: