Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 23 février 2018

Dérives


Puits sans fond
                          La liste des investissements et des chantiers à vocation plus ou moins publique ayant dépassé - et souvent de beaucoup- le coût initial prévu est sans fin... que le contribuable pour l'essentiel assume malgré lui.
    En France comme ailleurs.
 Pour des raisons parfois techniques (mésestimations liées à des aléas, des imprévus...) mais aussi par manque de prévisions fiables, par gestion défaillante et parfois corruptions, par imprudences financières, aveuglements technocratiques, folie des grandeurs...
  On peut se référer à quelques exemples, notamment:
    __   * En Allemagne, le nouvel aéroport berlinois en construction depuis longtemps a déjà largement dépassé le budget: 8 milliards et 12 ans de retard.
   Un problème où la gestion politique du problème est critiquée.
Le sérieux et la compétence allemande seraient-ils parfois une légende?
       __    * Nous ne sommes pas en reste:
                  Le chantier de l'EPR de Flamanville, aux échéances toujours reculées, ne restera pas comme un modèle de bonne gestion.
   Les malheurs d'Areva en Finlande comme à Hinkley Point resteront aussi dans le mémoires.
        __  * Ne parlons pas du désastre humain et financier de Fukushima, dont le coût de démantèlement imprévisible s'étalera sur des décennies. Les fautes de Tepco, avec la complicité du pouvoir, n'ont pas fini d'être payées par le contribuable japonais.
       __    * On a évoqué récemment le cas de ND des Landes et, à l'occasion, le problème des aéroports fantômes,  qui sont des gouffres financiers.
         __  * Le projet des Jeux Olympiques à Paris en 2024 continue à susciter les critiques, si on en croit le constat que l'organisation des JO est toujours un gouffre financier.
    On pourrait continuer longtemps à faire la liste des gouffres financiers, ici ou ailleurs.
__________Le cas de la dette SNCF pose un problème particulier, sur lequel il faudra revenir. Elle a existé depuis le début de ce service public, par choix politique, et c'est aussi par choix politique (discutable, celui-là) qu'elle a augmenté à une époque et...qu'elle peut se résorber, comme l'Allemagne l'a fait pour l'a fait pour la Deutsche Bahn, modifiée dans ses statuts, certes, mais toujours aidée par l'Etat et les Länder.
________________

Aucun commentaire: