Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 12 avril 2018

Chine: un trou noir?

Qui connaît vraiment le Chine?
                                                   C'est peu dire que le nouvel l'Empire du milieu (de l'économie mondiale) n'a pas fini de susciter en nous des sentiments mêlés, ambigüs, faits à la fois de fascination à l'égard de sa montée en  puissance ultra-rapide et de vague crainte à l'égard d' un développement si fulgurant avec les risques possibles, de projets si tentaculaires pour un avenir proche, d'un régime si fortement centralisé , d'une structure de pouvoirs si énigmatique (comme le sourire du Président ci-dessous) et si arbitraire à nos yeux.

        Qui connaît vraiment la Chine? Sans doute, plus ou moins partiellement, des spécialistes comme JM Domenach et d'autres. Mais des questions largement insolubles apparaissent vite même pour le meilleur observateur.
    Certains mettent l'accent sur la volonté de soft-hégémonie qui ne se manifeste pas seulement avec le méga-projet de nouveau pas en avant de conquête de l'économie-monde, avec la nouvelle route de la soie,  de suprématie dans la Mer de Chine et au-delà, d'imposition de sa monnaie aux dépends du dollar en voie de déclin.  Mais les intentions du pouvoir ne peuvent être que l'objet d'hypothèses.
    D'autres voient depuis peu des éléments régressifs dans la ligne suivie par le régime encore verrouillé, comme la tendance au contrôle social renforcé par la reconnaissance faciale, la création d'une banque de sperme de « haute qualité idéologique », l'usage particulier qui semble devoir être fait de WeChat,  Le numérique au service du régime. Un laboratoire high-tech du contrôle social. Une démocratie toujours reportée.
    La corruption n'est pas le moindre des maux dont souffre le pays, malgré de violentes sanctions ponctuelles spectaculaires.
    Un pouvoir sans limites pour  Xi Jinping, au-delà de 2023? Sauf si...
 Un système bancaire particulier, qui comporte bien des zônes d'ombre.
         La question est récurrente et parfois obsédante, tant le développement du géant asiatique, partiellement imprévisible, atelier-exportateur mondial, a des conséquences sur notre petite histoire européenne.
Il fut un temps où cette grande puissance ne nous concernait que très marginalement.
    Les hypothèses sur l'avenir sur la Chine sont toujours marquées par l'ambiguïté, le manque de données concernant son vrai mode de fonctionnement, ses vrais centres de décision, sa puissance réelle, la marche de ses institutions, ses failles réelles et ses réactions futures aux crises mondiales qui semblent à nouveau s'annoncer et qui ne manquera     pas d'avoir des effets.
     Mais la Chine, malgré ses fragilités, a toujours un coup d'avance.
Si on fait abstraction de la face sombre  de son développement, le grand bond de l’innovation est impressionnant, même si toute la Chine n'est pas concernée pour l'instant au même degré par ces spectaculaires avancées. 
   Elle brûle les étapes. Elle investit un peu partout.
  Mais de profondes contradictions sont au coeur du système.
Malgré ses inégalités criantes, la corruption généralisée, au plus haut niveau, elle peut peut-être être amenée, par nécessité, sous peine d'implosion, à inventer un système original d’harmonie sociale, comme le pensent certains.
   Le commerce reste son arme principale et les relations avec les USA, qui ne sont pas sans tensions, restent jusqu'à maintenant plutôt complémentaires, malgré les rodomontades de D. Trump.
         « La Troisième Guerre mondiale commencera-t-elle en Asie ? L'Amérique, le shérif global et la Chine, le seigneur local, s'observent dans la vaste étendue qu'ils partagent, le Pacifique. Ils s'arment. Leur étroite imbrication économique et financière n'empêche pas une rivalité stratégique croissante. Leur duel dominera le siècle. »
__Complémentarité conflictuelle qui ne sera sans doute pas durable, mais qui peut dire ce qu'il en adviendra?...
      "Qui en sera le vainqueur ? En tout cas, pas l'Europe, qui assiste impuissante aux rivalités...  Alain Frachon et Daniel Vernet reviennent sur deux siècles de relations chaotiques entre la Chine et les Etats-Unis. Un passé qui empoisonne le présent. La Chine s'américanise, les Etats-Unis se financent à Pékin. D'une jeunesse urbaine qui boit du coca-cola et s'informe en temps réel sur Weibo, le "twitter" chinois, à un colonel ultranationaliste qui rêve de suprématie, du Pacifique épicentre sismique à la mer du Japon, des  casernes aux officines secrètes de Washington, ce livre, chronique d'un choc annoncé, tente de répondre à la question : conflit armé ou ascension paisible de la Chine ? 
      Et si la vérité sortait de la plume de Sun Tzu : « L'art de la guerre, c'est de soumettre l'ennemi sans combat. » ?
__________________

Aucun commentaire: