Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 23 novembre 2018

Pipicacalogie en question

Philosophiquement non conforme
                                                   Mais médicalement et écologiquement pertinente.
         Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme; mais ce qui sort de la bouche,
 c'est ce qui souille l'homme, disait un certain Jésus, hérissé par certains tabous alimentaires de son temps.
     Ce qui en sort aussi, pourrait-on ajouter, en faisant fi de toute répulsion mal placée, à caractère culturel. La nature a fait de nous des êtres parfois chiants et souvent pisse-vinaigre.
     On sait depuis peu que l'urinothérapie serait bénéfique dans certaines conditions.
                                    Même si on en discute encore.
                                        Et ce peut  un excellent fertilisant
    La cacathérapie est de son côté bien établie  et les excréments humains sont, c'est plus évident,  indiscutablement des fertilisants de premier choix, depuis longtemps utilisés.
       Il est des réalités qu'il ne faut pas évoquer en public, dit-on, du moins quand on parle de l'homme.
    Notamment concernant les résidus de la fonction digestive, tout à fait naturelle et vitale.
    On évite d'en parler, sauf dans certaines gauloiseries, certaines situations limites scabreuses ou graveleuses. 
     Quelle indécence y aurait-il à l'évoquer?
  De manière surréaliste et critique,  Bunuel, dans Le charme discret de la bourgeoisie, redonne à cette fonction son aspect banal, en renversant les situations..

 Faire caca, déféquer, est l'opération la plus naturelle qui soit, auquel la médecine d'autrefois et la médecins chinoise accordaient beaucoup d'attention.
  Mais elle est chargée de connotations négatives, au coeur de notre éducation et de notre histoire. Cela n'a pas toujours été, même si on trouve toujours, dans l'acte même, une mise à distance sociale, une recherche d'intimité.
   L'anthropologie et la psychanalyse ont montré les aspects culturels et psychologiques de la répulsion, qui amène le petit enfant à identifier comme caca, haïssable,  ce qui est le produit de son corps. Assez vite après avoir valorisé les premiers temps. héroïques sur le pot.
        Il fut un temps où les sénateurs romains pouvaient discuter affaires tout en déféquant discrètement côte à côte. A Versailles, des commodités existaient , mais en nombre trop restreints.... Louis XIV faisait " ses commissions" en public sur sa chaise d'affaire apportée dans sa chambre, lors de son petit lever, en présence des " gentilshommes à brevet d'affaire" et du fameux domestique , appelé " porte chaise d'affaire". Le roi se mettait en cette situation plus par cérémonie que par nécessité chaque matin, seulement lors du "grand lever".
   Aujourd'hui, le trône individuel est un support quotidien. Notre santé en dépend...
    Et pourtant, c'est toujours le règne du grand tabou, du caca non grata
     Mais à Bristol, on sait utiliser cette matière honnie. Le caca-bus  est un succès 
         Un Japonais a inventé un moteur à étrons.
    On est parti vers la caca-exploitation, comme à la ferme des mille vaches..
En tous casRien de ce qui est humain ne m'est étrangercomme disait le poète Térence.
  ______ Les fonctions vitales du corps ne méritent pas le mépriscomme dans maintes expressions ordurières offensantestout juste une légitime discrétion. 

____________________

Aucun commentaire: