Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 8 avril 2019

A l'aube du pire?

A Jérusalem, les urnes vont parler
                                                  Netanyahu, la justice aux trousses et la crainte de la défaite jouant, après une décennie de pouvoir louvoyant, tente un dernier coup, jouant la carte de l'extrême droite, des fondamentalistes religieux et... des évangélistes chrétiens.
     L'annexion pure et simple des Colonies est au programme.
        Pourquoi se gêner?
   On passerait ainsi du fait au droit et de l'exception déclarée à la généralisation, avec la bénédiction de l' ami de Washington:
    Les colonies installées sur les territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967 sont (pourtant)illégales au regard du droit international, et une grande partie de la communauté internationale voit en elles un obstacle majeur à la paix. Leur annexion par Israël pourrait sonner le glas de la solution dite « à deux Etats », c’est-à-dire la création d’un Etat palestinien qui coexisterait avec Israël....
  Aux abois, Bibi joue la carte des ultra-orthodoxes, en renouant avec les thèses de Jabotinski,  mettant ainsi en péril son propre pays, Israël.
     Le succès n'est pas assuré, certes, mais l'homme a plus d'un tour dans son sac, n'hésitant pas à recevoir officiellement Bolsonaro, qui fait montre de sa haute culture politique. Ses rapports avec la pire extrême-droite, comme d'ailleurs avec des monarchies du Golfe, pourtant antisémites, ne le troublent pas.
     Des élections anticipées, comme le plus souvent à Tel Aviv.
  En Israël, où les coalitions sont souvent hétéroclites et fragiles, la tenue d'élections anticipées est une constante: aucun gouvernement n'est allé au terme de son mandat depuis 1988.    Une anticipation du scrutin prévu fin 2019 était dans l'air, notamment depuis la démission en novembre du ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, chef du parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, en désaccord sur la trêve conclue à Gaza.    Avec le départ des cinq députés de ce parti, la coalition ne détenait plus qu'une seule voix de majorité au Parlement israélien.
     Un pas de plus vers un apartheid renforcé? Plus grand monde ne croit vraiment en la possibilité de deux Etats et depuis longtemps. Le statu quo pourrait durer longtemps...avec grignotage programmé.
    La peste ou le choléra?
        Pour que rien ne change...ou presque.
          Qu'en aurait pensé le  regretté Amos Oz?
_________________________

Aucun commentaire: