mercredi 16 septembre 2020

Chers médicaments

Dans les deux sens du terme.

                 Investissez dans les labos! Les très grands. Ceux qui font la pluie et le beau temps en matière de production pharmaceutique et de fixation de prix..                                                                                Ils nous soignent souvent, nous sauvent parfois, mais nous ruinent dans certains cas. Les individus comme les Etats.      Sauf les actionnaires des grands laboratoires pharmaceutiques, ayant parfois la puissance financière de certains Etats, qui prospèrent comme jamais.    Ils sont nécessaires, mais ils échappent trop souvent aux contrôles sanitaires indispensables mais trop faibles, savent s'affranchir des règles d'une déontologie qui s'impose et fixer leurs prix de manière la plus arbitraire, parfois la plus scandaleuse, échappant le plus souvent aux sanctions, qui, quand elles ont lieu, ont peu d'incidences sur leur finances.

                 C'est ce que nous rappelait hier soir Arte, dans une émission spéciale, montrant les dessous, souvent peu glorieux, des quelques grandes firmes toujours plus concentrées de la production médicamenteuse, qui n'innovent plus guère mais qui savent de mieux en mieux profiter des résultats de la recherche publique. Le problème n'est pas nouveau mais prend une nouvelle dimension et une nouvelle urgence dans les circonstances actuelles de pandémie, où l'on manqua par un temps de produits essentiels dans les hôpitaux.     .                                                                                                           Contrôler les pénuries calculées, les surfacturations, les méga-profits réalisés pour des médicaments qui atteignent parfois des prix inaccessibles pour un citoyen non couvert (par ex. aux USA, par ex. dans le domaine de l'oncologie).       Réaliser des études plus indépendantes avant mise sur le marché de produits à très haut risques secondaires (les affaires ne manquent pas, comme celle du Médiator).     Il reste encore beaucoup à faire pour mettre de l'ordre dans un domaine encore opaque où le retour sur investissement est l'un des plus hauts.        Mettre fin à l'intense lobbying auprès des Etats et des soignants, naïfs ou complices.                                                                                                                    Les Etats doivent reprendre le pouvoir dans un domaine si crucial pour la santé publique et les finances qui la garantit. Il est temps de revoir le problème posé par les stratégies financières imposées par des grands groupes qui souvent usent et abusent de leur pouvoir.  Business first!   Une remise en question de fond s'impose depuis déjà bien longtemps pour sortir d'une situation où les Etats et les malades sont comme pris en otage.    Cela ne pourra se faire efficacement que par un contrôle d'Etats associés sur les multinationales de la santé et des régulations sévères.                                                                                                                                La santé est une chose trop importante pour être laissée aux firmes qui prétendent faire pour le mieux dans ce domaine, qui n'est pas un domaine marchand comme les autres.______________________

Aucun commentaire: