jeudi 24 septembre 2020

Mal-bouffe

 Surtout pour les plus démunis

        Si la nourriture représente un petit pourcentage de dépenses contraintes dans le budget d'une famille aisée, il n'en n'est pas de même pour ceux qui ont des fins de mois des plus difficiles                   Ce serait autour de 10% de la population, qui serait particulièrement victime de ce que l'on appelle la malbouffe, pour estimer le pourcentage des plus démunis. Ils n'ont pas le choix. Même un kilo de pommes est rarement à portée de leur bourse et ils ont souvent obligés de se rabattre, parfois durablement, sur l'aide alimentaire, le plus souvent non vendue par les grandes surfaces et qui n'est pas du haut de gamme.                                                                                                                                             Ce n'est pas de la charité publique de la part de celles qui donnent ce qu'elles jetteraient autrement. La défiscalisation les arrange beaucoup. Et ce ne sont pas les produits de meilleure qualité qui partent vers les organismes d'aide caritative: souvent les plus toxiques, ceux qui contiennent le plus de perturbateurs endocriniens notamment, sans parler des sucres et du sel en surabondance. 

    Ce qui n'est pas sans conséquences sanitaires à court ou à moyen terme. La ne-fast food fait des ravages un peu partout. Les produits hyper-industrialisés, ultra-transformés, n'y sont pas pour rien. Le bien manger serait-il un luxe? Tandis que certains ont la hantise de leur ligne, d'autres subissent souvent un surpoids très préoccupant, sans le savoir. Même si le surpoids a de multiples causes. Une sorte d'épidémie, a-t-on dit, qui affecte lé plupart des pays, même peu développés, comme le Mexique. Et il n'y pas que la partie visible du corps qui est affectée.                                                                      La faible valeur nutritive de beaucoup d'aliments de nos supermarchés commence à préoccuper et la Junk Food a de l'avenir...Maladie du siècle, à l'origine d'autres.  Manger varié, pas forcément très cher, a tout de même un coût, que certains ne peuvent s'offrir. Mais cela est loin des préoccupations de la plupart des Hypers, tout heureux de se débarrasser de ce qu'ils auraient dû jeter à grand frais.__________________________________

Aucun commentaire: