vendredi 6 novembre 2020

Le repli comme parade

 Epidémies et histoire humaine   (Brèves notes de béotien)

                   En  ces temps d'incertitude, d'assauts redoublés d'un virus tenace et retors, nous nous retrouvons dans un contexte déjà vécu plusieurs fois dans l'histoire des hommes connue. de manière toutefois moins dramatique que nos pères, qui étaient démunis de tout, aussi bien de savoirs que de moyens pour faire face à l'incompréhensible et à un tragique bien plus considérable. De la peste au choléra, les virus sont-ils nos ennemis? Pas tous, mais ceux qui veulent se perpétuer à nos dépends nous laissent pour l'instant sans voix et sans moyens.
      Régulièrement, des épidémies nous rappellent notre condition d'hommes fragiles et mortels.
 On ne peut encore juger de l'ampleur de celle qui met la Chine en état de vigilance maximale et de profond désarroi. 
 IL faut raison garder. Nous avons aujourd'hui les connaissances et les moyens qui faisaient défaut hier. Mais les choses peuvent changer vite dans le monde des virus, qui font de la résistance.
    Les épidémies suscitent toujours des craintes, parfois des paniques irrationnelles, malgré les moyens dont nous disposons depuis la si terrible grippe espagnole, par exemple, qui reste encore dans les mémoires, dont les effets mondiaux furent mal appréciés, du fait de la fin d'un long conflit.
  Nous ne l'éviterons jamais et la médecine sait qu'elle doit être toujours sur ses gardes, prêtes à faire face à un partenaire pouvant être mortel, prêt à se déguiser pour mieux se développer.
  Ami ou ennemi?
      Que serions-nous sans les virus?
 C'est une illusion de croire que nous pourrons un jour nous débarrasser des plus pathogènes d'entre eux.
  Il y a eu une véritable coévolution de notre espèce avec eux, au point que l'on a pu parler d' histoire mêlée, qui fait que sans eux nous ne serions pas ce que nous sommes.

   Un peu comme sans les microbes qui peuplent notre corps, aucune vie ne serait possible.
 Les virus savent souvent se faire oublier dans l'apport positif qu'ils peuvent apporter à nos cellules. Une longue histoire, jamais terminée. 
  Une complexité qui n'a pas fini d'interroger le monde de la recherche, qui n'est pas au bout de ses peines.
  Les virus ont même conditionné l'histoire humaine en maintes circonstances. La baisse parfois tragique de populations infectées a souvent eu des incidences importantes sur la démographie et l'économie d'un pays, d'un région, d'une cité.
  L'ami-ennemi intime n'a pas fini de nous interroger et nous laisse encore des traces parfois énigmatiques, comme ici.

                              _________________________________________________

Aucun commentaire: