mardi 17 août 2021

Rêves brisés.

Re-talibanisation accélérée: Les femmes ont tout à craindre

    Surtout dans les grandes villes où la pression est plus forte, là où la libéralisation a été plus manifeste. L'émancipation éphémère et relative qu'elles connurent durant l'intermède qui se termine risque de n'être plus qu'un souvenir. Surtout la période où l'ouverture fut à son apogée dans l'époque récenteTerrifiante régression!


      Il faut s'y attendre, les contraintes corporelles et des esprits va se réinstaller selon une charia venu des confins du Pakistan et des règles vestimentaires importées. Des rêves sont brisés. L'éducation est aussi en danger, surtout pour les petites filles, dont la soumission devra être le destin. Pour certaines femmes trop exposées, la vie est même en péril. L'effacement redeviendra la règle


"...La situation des femmes en Afghanistan dépend de la région dans laquelle elles habitent. Dans la capitale ou dans les grandes villes, leur situation s’est un peu améliorée après l’intervention américaine (de 2001, NDLR). On a imposé une constitution et l’obligation de moderniser la situation des femmes. Elles pouvaient aller à l’université, travailler. Mais tout cela sous surveillance parce que même si la loi le permet, elles étaient toujours en danger. Beaucoup d’écoles ont été attaquées par les traditionalistes, les talibans en particulier. Il y a une fracture entre les villes, Kaboul en particulier, et les campagnes où l’ordre traditionnel tribal est en cours. Dans les régions pachtounes, c’est l’ordre pachtoun et dans les régions occupées par talibans, c’est l’ordre taliban. On a vraiment deux populations de femmes.    _Quelle est la position du régime Taliban sur le droit des femmes ?   C’est la tradition, mais devenue encore plus dure avec les talibans. C'est-à-dire un ordre patriarcal complet : des femmes considérées comme rien que rien, pas nécessairement d’enseignement, des femmes qui restent cloîtrées à la maison. D’ailleurs, l’un des proverbes afghans pachtouns dit : “La place de la femme est dans la maison ou dans sa tombe”. Il y a des femmes recluses et femmes totalement soumises au patriarcat, des femmes que l’on marie comme on veut, de nombreux mariages précoces. Je dirais même, une situation pire que le bétail. Au moins le bétail on le protège parce qu’on en a besoin. Les femmes, elles, sont interchangeables....."


    Les Américains se taisent, pleurant surtout sur leurs rêves impériaux perdus, eux qui ont objectivement et  puissamment contribué à introduire le loup dans la bergerie Adieu les avancées des femmes afghanes?...Réduites au pire silence pour longtemps en tous cas. Allah ne leur viendra pas en aide...

           ____________________________

Aucun commentaire: