Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 6 décembre 2007

Retraites: Logique purement comptable ?







La France vieillit et le rapport actif/inactif menace le système de retraite. Voilà, résumé, le prêt-à-penser qui inspire les partisans de la réforme du système de retraite.

Avant d’entrer dans les faits démographiques, il faut rappeler que, dans le monde, on peut distinguer deux systèmes concurrents : la répartition et la capitalisation. Ces deux systèmes sont également sensibles aux bouleversements démographiques, et la question de savoir si la rentabilité de l’un ou l’autre est meilleure dépasse le cadre de cet essai. Notons simplement que la répartition est un système hors marché, un Eldorado dont le marché se voit interdire l’accès. Cependant, le marché peut se rattraper en proposant toutes sortes de produits de complément, capitalisant sur l’angoisse du futur et sur des pensions insuffisantes. Il se pourrait que cela soit l’option retenue en France.

La France vieillit, donc. Un trimestre par an, depuis un demi-siècle, par l’accroissement de l’espérance de vie après 50 ans. Mais, ces vieux ont eux aussi changé. Ils sont en meilleure santé. Un homme de 50 ans ne peut plus être considéré comme vieux, sauf par le patronat, qui en fait la cible principale des licenciements. Je reviendrai là-dessus plus loin.

Un autre phénomène vient compliquer la compréhension du problème. Le baby-boom et son corollaire, le papy-boom. Ce papy-boom viendra à voir ses effets s’atténuer progressivement à l’horizon 2035. Ce sont les conséquences lointaines du conflit de la Seconde Guerre mondiale. Il est donc important de comprendre que toutes les projections qui se limitent généralement à l’horizon 2040 intègrent ce papy-boom sans le distinguer de l’accroissement de la longévité, ce qui n’aide pas à la clarté du débat.

Débat encore obscurci par la comparaison avec les autres pays européens. Ceux-ci, notamment l’Allemagne, connaissent une véritable implosion démographique, qui n’est pas le cas de la France avec pourtant l’immigration la plus faible d’Europe. Enfermer le débat dans un cadre européen c’est donc comme fixer des normes de chauffage identique pour la Suède et l’Espagne.

De plus, les prédictions démographiques se sont régulièrement trompées. Personne n’avait prévu le baby-boom. Personne ne sait vraiment pourquoi le taux de remplacement de la population est positif en France. En ce qui concerne l’espérance de vie, prendrons-nous le chemin japonais avec des vieux en bonne santé, ou le chemin américain avec l’explosion des maladies liées à l’obésité ? Comment connaître aujourd’hui l’espérance de vie d’un quiquagénaire, sinon qu’en prolongeant des courbes, sinon qu’avec des a priori idéologiques, ou, pire, sous la pression experte des assureurs ?

Et, pendant que nous débattons avec des arguments bâtis sur le sable de la science démographique, les entreprises licencient leurs quinquagénaires. La France est le pays où la proportion d’actifs/inactifs entre 55 ans et 65 ans est la plus faible au monde. La souffrance au travail du travailleur lié à des tâches répétitives augmente dangereusement, souffrance aussi du cadre dépassé, troubles musculo-squelettiques, dépressions, et consommation élevées d’antidépresseurs, symptômes évidents d’un mal-être au travail.

Peut-on encore penser que reculer légalement l’âge de la retraite, augmenter simplement la durée de cotisations sont des solutions ? Je crois que non, pire, que ces pseudo-solutions ne feront qu’augmenter le mal-être, paupériser encore plus de larges pans de la société et, accessoirement, enrichir le secteur des assurances.

La vraie question est dans l’obsolescence des savoirs. Un quinquagénaire a bien sûr de l’expérience, mais ses savoirs ont vieilli. Essayez de trouver du travail à 50 ans, vous verrez. Quand une personne a une formation ancienne, elle coûte plus cher et elle a un moindre rendement. Les patrons ne sont pas (tous) des monstres !

Il faut donc réformer l’enseignement, offrir à tous à mi-vie une deuxième période de formation, quitte à raccourcir la formation initiale.

Nous sortirons alors d’une logique purement comptable de la société.(Le Péripate)


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32601
Défendre le système de retraite par répartition: http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32536 (S.Reboul)


Aucun commentaire: