Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 13 juin 2019

Un sans culotte culotté

 On croit rêver.
                  On se frotte les yeux, croyant avoir mal lu ou mal entendu.
         La "conversion" est étonnante autant qu'inattendue.
     Donc, selon Jupiter reconverti, il faut rompre avec l'ultralibéralisme et l'argent fou qu'il génère  aux dépends du plus grand nombre.
     Naguère déjà Alain Mince avait dénoncé l'argent fou, annonçant prémonitoirement les dégâts connus de tous: cette crise qui en annonce d'autres.. Sarkozy en avait annoncé la fin , mais avait été mal inspiré.
    Voilà que Jupiter veut casser la baraque, celle que Reagan et Thatcher, sur les conseils que Hayek et Friedman avaient patiemment élaborés, malgré les rodomontades de Hollande sur les méfaits d'une finance devenue folle.
   La peur serait-elle le commencement de la sagesse résignée, à l'instar des élites qui rallièrent in extremis la Révolution Française, au cas où...
  Ou une profonde dénégation propre à rallier les suffrages nécessaires en période difficile serait-elle à l'oeuvre pour enfumer certains esprits.
  En tous cas, on dit: chiche!
Certains disent qu'il aurait lu récemment Marx, de Jacques Attali.
D'autres qu'il se serait fait influencer par certains économistes rebelles, à la pensée peu recommandable. Et même par le FMI. Un comble!
  Dénégation ou dérives présidentielles? Apparemment il n' aurait pas bu, fuyant l'exemple de Juncker.
      Ce serait donc la fin du système ultralibéral. En route vers un socialisme raisonné. Vers plus d'humanité.
La peur serait-elle le début de la sagesse politique?
        "... Emmanuel Macron a dénoncé mardi 11 juin devant l’Organisation internationale du travail à Genève les dérives d’un « capitalisme devenu fou » au sein d’organisations comme le FMI ou l’OMC, qui privilégient les ajustements économiques aux droits sociaux. Plus globalement, il a réclamé le retour à une « économie sociale de marché où chacun trouve sa part », au lieu d’une « captation des richesses par quelques-uns ». Sinon « on nourrit les extrêmes », a-t-il dit, comme l’an dernier au Forum de Davos...."
    « Quelque chose ne fonctionne plus dans ce capitalisme qui profite de plus en plus à quelques-uns. Je ne veux plus que nous considérions que le sujet d’ajustement économique et de la dette prévaut sur les droits sociaux », a lancé M. Macron. « Quand le peuple ne trouve plus sa part de progrès », il peut être « attiré par l’autoritarisme, qui dit : la démocratie ne vous protège plus contre les inégalités de ce capitalisme devenu fou. Nous allons faire des murs, des frontières, sortir de ce multilatéralisme, il est mou. »
                On attend la rupture (ou la disruption) .
                                                                           Chiche! Mais qu'en pense Mr Rothschild?
__________________________

Aucun commentaire: