Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 24 avril 2008

Crise au Pentagone


Dedefensa.org

-Dedefensa.org: le complexe et son avenir:

Le constat général est résumé par une phrase, qui mesure la chute vertigineuse de la puissance US depuis 2001. Cette phrase (extraite de l’éditorial du 7 janvier), dont nous nous permettons de souligner en gras le composant essentiel, pourrait aller dans les deux éditoriaux tant elle constitue, comme un lien entre les deux analyses, une conclusion symbolique fondamentale. Elle mesure à elle seule le destin des ambitions US dans l’évolution de l'aventure irakienne. Elle donne la mesure du constat d’incapacité et d’impuissance de l’initiative politico-militaire qui a constitué l’essentiel de l’effort hégémonique des USA depuis le 11 septembre 2001. Elle a à la fois une résonance technique et matérielle, à la fois une résonance politique et presque philosophique, – puisque, effectivement, la direction américaniste a intimement lié ses ambitions politiques les plus hautes aux capacités militaires de la puissance américaniste, – entérinant ainsi, au travers de cette simple phrase, l’échec de la guerre américaniste. Elle mesure la profondeur de la chute de la puissance américaniste par rapport aux illusions que nous avons tous entretenu à l’égard de cette puissance, lorsqu’on a à l’esprit que l’on parle de l’Irak comme test suprême de cette puissance, un pays de 25 millions d’habitants, sous-équipé et à la dérive lorsque les USA l’attaquèrent:
«No matter how the administration and Congress evaluate the outcome of this year’s surge of forces, no matter what sort of pullout schedule, resolutions or amendments Congress passes, no matter what President Bush vetoes and regardless of whether Congress overrides, the U.S. is no longer capable of sustaining the effort it has poured into Iraq since 2003.»...

...La crise de la puissance militaire des USA est sortie des accidents de conjoncture pour entrer dans le domaine de la crise systémique. La tragédie de cette situation est connue; elle tient dans le fait qu’on ne sait absolument plus quel remède pourrait bien être apporté. Aujourd’hui, la politique de sécurité nationale des USA, dont la puissance repose sur leur capacité militaire à soutenir et à mener une telle politique, évolue dans le chaos le plus complet, dont l’élément budgétaire est certainement le plus paradoxal. Jamais le Pentagone n’a eu autant d’argent et n’a connu aussi peu de restrictions dans ses exigences budgétaires, et cette situation en cours depuis 2002 a eu pour effet extraordinaire d’aggraver la crise plutôt que de commencer à la résoudre. Une observation significative de cette situation est le fait que l’augmentation des dépenses R&D depuis 2000-2001 a conduit, officiellement selon les calculs cités par AW&ST, à une augmentation parallèle du gaspillage, fraudes, etc., 3 à 4 fois supérieure en pourcentage: les “coûts” en gaspillage dans tel ou tel budget militaire augmentent 3 à 4 fois plus vite que l’augmentation dont “bénéficie” ce budget..."

Aucun commentaire: