Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 17 juillet 2008

GDF : De l'or dans le gaz ?







Une bonne affaire pour les actionnaires, mais un non sens industriel.
____________________________
A une contradiction près...?


« Je l’affirme parce que c’est un engagement du Gouvernement : EDF et Gaz de France ne seront pas privatisés. (...) Le Président de la République l’a rappelé solennellement lors du conseil des ministres au cours duquel fut adopté le projet. Mieux, le Gouvernement acceptera l’amendement du rapporteur prévoyant de porter de 50 % à 70 % le taux minimum de détention du capital d’EDF et de Gaz de France. » Propos de M. Nicolas Sarkozy à l’Assemblée nationale, 15 juin 2004.
- « Ces entreprises sont de grands services publics .Elles le resteront, ce qui signifie qu’elles ne seront pas privatisées. » (« Chirac : EDF et GDF ne seront pas privatisés », dépêche de l’Agence France Presse)
------------------------------------

Chronique d'une enquête sur les préparatifs de la fusion entre Suez et GDF:

"...Deux journalistes, l’un du quotidien belge le Soir et l’autre du Figaro, ont eu la bonne idée de revenir sur la genèse de l’une des plus importantes sagas industrielles, financières et politiques de ces dernières années. S’y croise une grande partie de la noblesse d’État, issue des grandes écoles, passée par des cabinets ministériels avant de rejoindre la direction d’un groupe du CAC 40. Endogamie, quand tu nous tiens ! Gérard Mestrallet, PDG de Suez est passé par le cabinet de Jacques Delors dans les années 80, et Jean-François Cirelli, passé de l’Élysée à Matignon sous Jean-Pierre Raffarin avant d’atterrir à la direction de GDF. L’ouvrage montre bien à quel point cette fusion résulte avant tout d’une convergence d’intérêts aussi divers que les ambitions personnelles des dirigeants, d’espérances de gains des actionnaires, et de la volonté politique de créer un concurrent à EDF dans le cadre de la libéralisation de l’énergie. Concrétisée sous la présidence Sarkozy, portée sur les fonds baptismaux par le prédécesseur de François Fillon à Matignon, Dominique de Villepin, la fusion avait déjà failli se faire sous le gouvernement dit de « gauche plurielle » de Lionel Jospin. Au total, le rapprochement entre Suez et GDF est un scénario évoqué par les deux groupes depuis la fin des années 90, sans que les députés aient pu en discuter avant 2006...."

-GDF : il y a de l'or dans le gaz !
-Privatisation à la hussarde de Gaz de France
-GDF / Suez : ça gaze pour les intérêts privés | AgoraVox
-Analyse d’une privatisation annoncée.
-Recherche Google : privatisation gdf
- Privatisation de Gaz de France:
"...Une conséquence des directives européennes

La seule politique de l’Union européenne dans le domaine de l’énergie (comme dans les autres les secteurs d’ailleurs), c’est l’ouverture à la concurrence.
En 1996, une directive organisait la libéralisation partielle de l’électricité. En 1998, avec l’accord du gouvernement de Lionel Jospin, une autre directive faisait de même pour le gaz. Ces deux directives entraînaient une première vague de fusions.
En 2002, l’Union européenne, toujours avec l’accord du gouvernement de Lionel Jospin, décidait l’ouverture totale des marchés du gaz et de l’électricité au 1er juillet 2004 pour les professionnels et au 1er janvier 2007 pour les particuliers.
Une nouvelle vague de fusion se déclenchait. Les dirigeants de Suez et de Gdf présentent d’ailleurs leur fusion comme une « étape importante dans la préparation de l’ouverture complète des marchés européens de l’énergie ».

Concurrent d'EDF, le groupe GDF Suez affiche déjà ses ambitions dans le nucléaire:
"...Pour exploiter des EPR dans le monde, une référence dans l'Hexagone serait "utile", reconnaît le patron de GDF Suez. Et le nucléaire ne doit être la chasse gardée d'EDF ni en France ni à l'étranger, laisse-t-il entendre. "Il faut arrêter de penser que les entreprises publiques sont les seules à pouvoir exploiter les centrales", prévient-il dans un entretien aux "Echos" du 17 juillet."
------------------------------------------------------
"... La stratégie de l`entreprise ne sera plus le fait de l’Etat, mais dépendra uniquement des marchés financiers. Or, selon nous, la priorité de Suez, c`est la rémunération des actionnaires. Et ces derniers préfèrent vendre du gaz aux Etats-Unis plutôt qu`en France, où les coûts sont deux à trois fois plus élevés qu’en France. Le GNL, par exemple, pourrait être en priorité réservé au marché américain. Mais la fusion, c`est aussi un non-sens industriel. Le but est de marier un électricien belge à un gazier français. Pour ce faire, il faudra séparer GDF et EDF, en grande partie fusionnés. Ce projet de fusion va supprimer l`outil énergétique performant que la France a créé en soixante ans de nationalisation..." (CGT GDF)


Aucun commentaire: