Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 12 décembre 2008

Internet : dangers ?

Big Brother d'aujourd'hui
Le numérique contre l'homme?


"La mémoire est souvent la qualité de la sottise" (Chateaubriand)

"Ce livre n’a pas vocation à susciter la peur, bien au contraire. En effet, les scénarios, tels qu’exposés dans l’ouvrage sont encore improbables tant que chaque individu n’y soumet pas son propre consentement. Ce livre, se fondant sur des exemples récoltés un peu partout dans le monde, n’est encore que de l’anticipation puisque aucun état n’a encore choisi la voie du « tout numérique ». Le choix est encore totalement à notre portée..." (P.L.)

Internet ou la fin de la vie privée
(Livre à télécharger gratuitement -bibliographie-liens)

"... L’engouement pour Internet ne doit pas faire oublier que,préalablement, il est nécessaire de le penser, de réfléchir à une éthique, afin qu’il ne devienne pas un outil de contrôle de l’individu. Pourtant on se retrouve dans un débat de techniciens qui ont simplement peur d’une pénurie d’adresses. Selon eux,la solution vient, on l’a vu, avec IPv6 en attribuant à chaque citoyen de la planète une ou même plusieurs adresse IP distinctes. Or c’est bien de la que pourrait venir le danger. On se retrouverait alors dans un scénario Orwellien ou chaque citoyen,grâce à un identifiant unique (aujourd’hui avec l’IP, demain par la biométrie) serait fiché, tenu en laisse parsa vie privée. Dans le même ordre d’idée, au rythme où von tles volontés d’économies de nos gouvernements, les informations personnelles concernant chaque individu, jusqu’alors disséminées dans de multiples bases de données (Sécurité Sociale,TrésorPublic…),pourraient,par exemple, se retrouver un jour centralisées.En effet, et Jean Marie Messier en avait bien parlé à l’époque lorsqu’il était sous le feu des projecteurs avec Vivendi : on assiste aujourd’hui à une « convergence »des réseaux. Toutes les communications sont en passe de circuler via le réseau Internet et l’IP: les conversations (VoiP, Voix sur Wi-Fi…), le web, les images, la musique, la télévision… Cela est bien sur très excitant. Pour une somme très modique, chacun peut avoir accès aujourd’hui à la communication avec un grand C(communication téléphonique illimitée, Internet haut débit, bouquet satellite…).Simple supposition, ce pourrait être via ces différentes «box » (livebox chez FranceTelecom, Freebox chez Free, etc.), dont on ne connaît pas exactement le contenu ,qu’un début de surveillance pourrait être susceptible d’éclore10.
Ne préfigureraient elles pas au premier avatar technologique de ce qu’on pourrait appeler (il faudra trouver un nom à cela) une « centrale de renseignement » personnel, ou une « police de la pensée » chère à Orwell. En effet, qu’est ce qui empêcherait dès lors un gouvernement (totalitaire ou très curieux ?) de tout connaître de ces citoyens, et ce jusqu’au fin fond de leur vie privée.Effectivement, contrairement à la télévision qui est une technologie que l’on nomme« push » (l’information est comme « poussée » vers vous), Internet et son protocole IP, en sens inverse permet que vous deveniez « émetteur »d’information : c’est vous aussi qui envoyez de l’information au réseau. Vous n’êtes plus uniquement récepteur. Tout le danger est bien là...
...742 experts de tous domaines ont été interrogés pour une étude en 2006 de l'institutPew et d'Elon University31 à propos de ce que pourrait être l’Internet de 2020. Une majorité de spécialistes (56%) pense que l'Internet saura se diffuser partout, mais 49% (contre 46%) estime que le bilan de cette transparence sur la vie des citoyens sera globalement négatif, à cause notamment de la pénétration de leurs données privées.
En fait nous entrons dans l’ère de l’Atawad : « Anytime, Anywhere, Any Device »(N’importe quand, n’importe où, et quel que soit l’outil).Tout devient apparemmentpossible, et des pouvoirs de toute puissance (par exemple le don d’ubiquité),toujours rêvés par l’être humain sur son environnement sont maintenant quasiment à sa portée, au niveau matériel.Certains ressentent le monde technologique et les possibilités quasi infinies qui s’ouvrent à nous comme très excitant et épanouissant pour l’homme. Le Communisme au début du siècle dernier était, faut-il le rappeler,parti aussi sur une utopie où l’homme devait pleinement se réaliser. Qui pourrait aujourd’hui s’élever contre la construction d’une société technologique idéale ?...
Mais le plus délirant de tous les projets d’espionnage illégaux est celui qu’élabore le Pentagone sous le nom de code Total Information Awareness (TIA), système de surveillance totale des informations. Celui-ci (cf l’excellent livre de Jacques HennoTous fichés », aux Editions Télémaque) consiste ni plus ni moins à mettre en fiche chacun des 6,5 milliards d’individus de la planète en collectant une moyenne de 40 pages d’information et en en confiant le traitement à un super ordinateur. « En centralisant, en croisant et en traitant toutes les données personnelles disponibles –paiement par carte, abonnements aux médias, mouvements bancaires, appels
téléphoniques, consultations de sites web, courriers électroniques, fichiers policiers,dossiers des assureurs, informations médicales et de la sécurité sociale – le Pentagone compte établir la traçabilité complète de chaque individu ». Mesures totalement démesurées par rapport à l’objectif. Les Américains croient en la suprématie de la technologie et pensent que c’est le moyen de lutter le plus efficacement contre les menaces terroristes. Mais à quel prix ! Ce bouclier technologique doit leur permettre, grâce à « l’indexation » systématique des populations de repérer dans cette gigantesque masse d’informations les comportements déviants ou suspects dans les détails les plus intimes de nos vies privées. Et donc de prévenir tous les risques possibles. Comme dans le film de Steven Spielberg, Minority Report, les autorités américaines pensent pouvoir ainsi prévenir les crimes avant qu’ils ne soient commis.Voici ce qu’on est en train de choisir pour nous : « Il y aura moins de vie privée, mais plus de sécurité », estime M.John L.Petersen, président du Arlington Institute, « nous pourrons anticiper le futur grâce à l’interconnexion de toutes les informations vous concernant. Demain, nous saurons tout sur vous."

-Philippe Levasseur - AgoraVox le média citoyen
- Ce que le numérique va changer
-La lente marche forcée vers l’État policier | AgoraVox
-La surveillance en Allemagne | AgoraVox
-«Plus on est habitué à être observé, moins on est sensible aux atteintes à la vie privée
-Traçabilité privée(Objet application/pdf)
>>Vidéosurveillance_>>-_Biométrie >>-Biométrie : le règne du VIS>>-Biometrie : Ethique - Protection
-Vidéosurveillance : « l'Etat doit faire peur », aurait dit Hobbes
------------------------------------------------
-Internet sécurité et vie privée
-Comment protéger notre vie privée dans un monde où la traçabilité explose ?
-Dailymotion - Internet et vie privee
- EDWIGE : un si doux prénom...
_____________________________

1 commentaire:

Julien a dit…

Ce sont des questions qu'on ne se pose pas assez en tant qu'internaute assidu, comme je le suis moi-même... Alors que de l'autre côté des gens qui se montrent plus méfiants face à Internet s'étonne qu'on puisse être aussi laxiste face à ce danger dont on ne se rend pas compte ("il ne faut laisser son numéro de carte bancaire", "il ne faut laisser traîner aucune information personnelle, ne serait-ce que son prénom"), les Internet-addicts foncent tête baissée à travers la toile sans se poser des questions sur l'avenir.

Facebook en est un très bon exemple : ils récoltent une quantité faramineuse de données statiques (identité, goûts, tendances politiques et religieuses (!)...) et dynamiques (rendez-vous, ce qu'on est en train de faire, photos...) sur des millions de gens ! Quelle puissance ! Et en plus tout le monde fait ça de son plein gré... L'Etat devrait en prendre de la graine pour son fichier Edvige...