Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 25 mai 2009

Prisons: notre scandale



Prisons françaises: un tableau sombre

La République humiliée
Réhumaniser les prisons: une urgence!
______________

-Conditions de détention et réinsertion : les défis des prisons françaises-

Que se passe-t-il dans les prisons françaises?...
Surpopulation , promiscuité, conditions de détention, dégradation des lieux, record de suicides , durcissement de la politique pénale, difficulté ou impossibilité de réinsertion...
Les prisons françaises se distinguent au seul niveau européen . Il est temps de faire éclater la vérité
"Cinq ans après deux rapports déjà accablants, le Conseil de l’Europe vient de classer les prisons françaises parmi les pires de l’Union"
L'ONU n'est pas plus tendre
Des zônes de non droit et de mépris de la dignité humaine
_________________

"La prison a la prétention de resocialiser des personnes en leur imposant la pire des vies sociales que l'on puisse imaginer. La prison a la prétention d'amender, de changer les personnes en leur imposant dans la pratique de devenir pires. La prison a la prétention de réinsérer les personnes en les coupant violemment de tout ce qui pourrait les aider à le faire (vie de famille, emploi stable, vie sociale normale). La prison a la prétention de lutter pour la dignité humaine en cassant toute dignité, toute confiance en soi, toute espérance, la personnalité et la réputation des personnes incarcérées. La prison a la prétention de former en déformant, de stabiliser en déstabilisant, de rendre meilleur en rendant pire, de protéger la société en formant des récidivistes qu'elle fait devenir des fauves. Voilà la réalité que pourrait confirmer toute personne (et sa famille proche) qui l'a subie, et qui ne sera malheureusement jamais écoutée car elle est en bas de la pyramide. Grave ! D'autres intérêts opaques sont probablement en jeu ! " Philippe Auzenet

________________________________________________________________________

-La prison aujourd'hui en France

-Les prisons de la honte, ou : la logique comptable a encore frappé
-Ces prisonniers qui ne cessent de payer,
-"On paie l'obsession sécuritaire par des dizaines de suicides par an"
-Avis de grand frais sur les prisons | Mediapart:
"...le conflit peut devenir rapidement intenable. Car la situation des prisons françaises a rarement été autant catastrophique. Le mois d'avril 2009 restera dans les annales pour avoir battu le record historique du nombre de personnes sous écrou en France (68.244 individus, soit +2,3% par rapport à l'an dernier, selon les statistiques officielles). Le nombre de suicides – de détenus comme de surveillants – a aussi atteint des sommets depuis le mois de janvier...
La confiance n'est visiblement plus de mise du côté des syndicats. Cela fait plus d'un an que les personnels pénitentiaires sont à cran et dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail dans des établissements surpeuplés. Une exaspération avivée par la vague de suicides sans précédent enregistrée dans leurs rangs. «Face à la multiplication des tâches liées à une surpopulation carcérale infernale, à de nouvelles missions (règles pénitentiaires européennes, placements sous surveillance électronique...) sans moyen supplémentaire, les personnels arrivent à saturation», relève l'Unité syndicale
..."

-"Prisons de la honte":
"Cinq ans après deux rapports déjà accablants, le Conseil de l’Europe vient de classer les prisons françaises parmi les pires de l’Union. A l’initiative du Nouvel Observateur, plus de 200 personnalités ont voulu réagir.NOUS, citoyens français et européens, responsables politiques, professionnels de la justice, personnalités du monde du spectacle ou de la société civile, surveillants, anciens détenus, victimes d’erreur judiciaire, parents de victimes ou familiers de personnes écrouées, nous disons la honte que nous inspirent les prisons de notre pays.
Sans jamais oublier le respect dû aux victimes et à leurs proches, nous voulons rappeler haut et fort que, dans la peine d’emprisonnement, la privation de liberté est la seule punition prévue par la loi. L’humiliation, l’abaissement de la personne, l’abandon des détenus à la violence et à la loi du plus fort, bref, la négation de l’homme dans le prisonnier, qui ont cours dans le monde carcéral, sont des châtiments arbitraires et inhumains. Ils sont de plus inefficaces : la destruction psychologique de tant de détenus contredit aussi le légitime souci de la sécurité publique. Quand elles sont lieux d’injustice, les prisons sont l’école du crime. La protection des citoyens, premier devoir de l’Etat, suppose des prisons qui amendent le condamné et non, comme trop souvent, des cloaques surpeuplés sans règle ni merci qui provoquent la récidive.
Souvent des justes ont crié leur indignation et alerté l’opinion. Parfois les responsables ont répondu par des diagnostics lucides et des promesses précises. Les bonnes intentions se sont rarement concrétisées. Alors que des mesures peuvent et doivent être prises immédiatement.
Nous, citoyens d’un pays qui se veut exemplaire dans le combat pour les droits de l’homme, réclamons la mise en œuvre immédiate d’une politique de modernisation – favorisant les peines alternatives et le suivi – et d’humanisation de la prison mettant en accord les actes de la France avec ses principes."




Aucun commentaire: