Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 15 juillet 2009

Dimanche: banalisation marchande? (suite)


Le travail du dimanche ne doit-il pas rester l'exception?

-"L’homme contemporain est-il uniquement un « individu consommateur » ou est-il encore l’animal social que définissait Aristote ? S’il n’est que consommateur, ouvrons les magasins le dimanche et laissons le satisfaire son instinct. Si l’homme se construit par les relations qu’il tisse avec les autres, posons-nous la question de maintenir chômé un jour dans la semaine durant lequel les relations que nous avons les uns avec les autres peuvent être facilitées et gratuites." (M le Fur)

Dimanche : a-t-on vraiment besoin d'un repos commun ?:
"...L'institution d'une journée de repos commune est-elle indispensable à une vie harmonieuse en société ? La ville doit-elle absolument s'arrêter, offrir cette plage collective de calme ? Ou ne faut-il se battre que pour le principe d'un repos hebdomadaire individualisé ?Nous avons voulu ouvrir le débat avec les riverains d'Eco89. Pour l'engager, j'ai demandé à deux intellectuels, l'un chrétien, l'autre athée, de nous donner leur point de vue : l'historien Michel Fauquier et le philosophe Michel Onfray.
Le premier est historien, auteur d'une »Lettre ouverte du dernier des chrétiens au premier des Français » (éd.Tempora), une adresse à Nicolas Sarkozy concernant le repos dominical. Selon lui, cette journée est une respiration indispensable au maintien du « tissu humain ».

Pour Michel Fauquier, les raisons pour lesquelles les religieux et les syndicalistes défendent ce repos hebdomadaire sont les mêmes : il s'agit dans les deux cas de défendre le bonheur humain, et de placer un garde-fou contre « l'esclavage ». Il rappelle au passage, que le commandement divin du sabbat est lié à la fin de la servitude du peuple d'Israël en Egypte.

Selon l'historien, le travail du dimanche risque de devenir une « drogue » dont il sera difficile de se débarasser si on l'autorise. Le risque est de « détricoter » le contrat social et de conduire à une perte des repères des citoyens. Mais sans qu'on ne s'en rende vraiment compte : « Le malheur que l'on aura créé ne sera même pas très sensible. »

Il ne comprend pas les raisons qui poussent le gouvernement à la libéralisation du travail le dimanche : cette loi est « politiquement dangereuse pour les élus locaux, économiquement inefficace et socialement désastreuse » -« Je ne comprends rien à cette affaire, sinon à ce qu'il y ait des intérêts économiques en jeu. »

Michel Onfray, philosophe hédoniste et antilibéral, est lui aussi opposé au projet de loi, qui reflète à ses yeux la politique « de xdestruction des acquis sociaux par les libéraux de droite comme de gauche ». Selon lui, Sarkozy reste dans sa logique : « favoriser les dominants » en faisant « travailler plus » les gens.En revanche, le philosophe n'est pas attaché à la sacralité du jour de repos « commun » à tous. S'il juge nécessaire de se battre pour le dimanche, journée « acquise », c'est pour ne pas « lâcher la proie pour l'ombre » -« Le rapport de force n'est pas en faveur des gens qui travaillent : aucun syndicat ne peut aujourd'hui imposer, par exemple, qu'au cas où le dimanche serait travaillé, un jour de récupération dans la semaine soit payé le double » -Mais idéalement, selon lui, il faudrait que les gens puissent choisir le jour qui leur conviendrait le mieux. Et la nécessité d'un regroupement de la famille au grand complet un même jour de la semaine ne lui semble pas être la panacée.Lorsque le père prend un jour différent de la mère, ce qu'il appelle le modèle « deux dimanches dans la semaine », c'est peut-être même bénéfique pour les enfants.


-La crise, prétexte idéal pour imposer le travail le dimanche
-Travaillerez-vous le dimanche ? - AgoraVox
-Travail du dimanche : acharnement thérapeutique
-Renforcer le travail dominical : une bataille idéologique sans objet
-Le travail du dimanche divise toujours l'UMP

Aucun commentaire: