Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 23 septembre 2009

La Poste: enjeux privés?

De « l'établissement public à caractère commercial » à la société anonyme

Dans la logique de la libéralisation européenne des services
_____________________

-"Gaz de France ne sera jamais privatisé". (N.Sarkozy)
-On a vu :quelque mois après son arrivée à l’Elysée, fusion de GDF avec Suez, …
-Christine Lagarde : "Il n'est pas question de privatiser La Poste"
-On verra...

- Adeline, étudiante en droit de 21 ans. Elle manifeste «parce qu'[elle est] citoyenne!» «Le gouvernement nous ment sur ses intentions. La privatisation à terme est dans toutes les têtes des dirigeants. Et cela signifie que cela va être plus dur pour les salariés mais aussi pour les usagers.»
_______________

Y a pas marqué la Bourse!»

-Le monde financier lorgne la Banque postale | Mediapart:
"...Quant aux engagements pris par le gouvernement de conserver la totalité du capital, aucun salarié n'y croit. Tous ont en tête les promesses faites, la main sur le cœur, par Nicolas Sarkozy, que ce soit devant l'Assemblée nationale ou les salariés d'EDF et de GDF, lors de l'ouverture du capital des deux groupes publics. Il jurait alors que jamais l'Etat ne descendrait en dessous de 70% du capital dans les deux entreprises. «On connaît la suite», ironisait Olivier Besancenot, dirigeant du NPA et postier, au micro de France Inter, lundi 21 septembre.
«On voit déjà les préparatifs de la privatisation», accuse Jean-François Vivier, secrétaire général de Sud PTT dans un entretien au Nouvelobs. Com. Réorganisation, changement d'affectation, diminution de postes, fermetures, se succèdent. En cinq ans, plus de 50.000 emplois auraient déjà été supprimés, selon lui. En face, la direction de La Poste fait valoir les inévitables adaptations liées à la diminution de son activité principale, le courrier. En un an, le volume du courrier a baissé de 30%, en raison notamment des nouveaux modes de communication électroniques.
L'enjeu pour La Poste, affirme la direction, est d'assurer sa transformation et son avenir. D'où, selon elle, la nécessité de changer de statut, et de devenir une société anonyme dotée d'un capital. Cela lui permettrait de bénéficier dans un premier temps d'une recapitalisation de 2,7 milliards d'euros, l'Etat apportant 1,5 milliard et la Caisse des dépôts 1,2 milliard. Puis d'envisager par la suite son développement voire de passer des alliances....Sans attendre, La Poste a déjà commencé à s'engager dans cette voie, dans le secteur le plus rentable, celui qui fait saliver de nombreux intérêts privés: la Banque postale.
Avec plus de 9,2 millions de clients, une position inexpugnable sur l'ensemble du territoire, le dernier établissement bancaire public français attise les appétits.
Au lieu de conserver un pôle financier public, dont la crise a pourtant démontré la pertinence, le gouvernement au contraire en accélère la transformation. C'est ainsi qu'en avril 2009, la Banque postale a noué un partenariat avec la Société générale dans les activités de crédit à la consommation. Contre la somme de 400 millions d'euros apportés par la Société générale, elle a cédé 35% de sa filiale spécialisée, rebaptisée pour l'occasion Banque postale financements. L'opération a été menée dans la plus grande discrétion et a été juste approuvée par le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement (CECEI), l'organe de régulation du monde bancaire.-Les syndicats considèrent que ce changement aurait dû au moins faire l'objet d'un arrêté ministériel, puisqu'il y avait modification de périmètre public. D'autant que la Banque postale consolide les 400 millions d'euros apportés par la Société générale dans ses fonds propres, comme le confirme un document interne.

Officiellement, la Banque postale justifie ce partenariat par la nécessité de s'adjoindre des compétences pour s'implanter vite dans des activités – crédit à la consommation, crédit immobilier, prêts aux entreprises – qui lui étaient pendant longtemps interdites. « En fait, il y a eu un deal. La Banque postale a été autorisée en 2005 à devenir une banque comme une autre mais à la condition d'associer des groupes privés à ses nouvelles activités », assure Nicolas Galepides, responsable de Sud PTT.
Deal ou pas ? L'évolution des activités de la Banque postale est frappante. Dans la gestion privée, la banque publique a créé une société commune – dont elle détient 51% – avec Oddo, une ancienne société de Bourse qui a acquis le statut de banque en 2007 et est spécialisée dans la gestion de fortune. Elle est en train de nouer un partenariat identique avec Groupama pour distribuer des produits d'assurance-dommage, la CNP restant son partenaire privilégié dans l'assurance vie. De même, elle discute aussi avec la Mutualité française pour créer une société commune dans l'assurance-maladie. Bref, chacun demande son morceau du réseau commercial inestimable de La Poste. Mais accepteront-ils d'en payer le coût? Les syndicats en doutent.
-D'autant que le schéma d'évolution de la Banque postale pourrait encore évoluer. Depuis la crise, les banques françaises se sont donné comme priorité de se renforcer dans la banque de détail, la seule activité bancaire solide, celle qui permet aussi d'absorber les risques pris sur les marchés. Mais les possibilités d'expansion en France sont rares. La Banque postale est le dernier grand réseau disponible. Se sachant toujours sous la menace d'une OPA, la Société générale se fait très pressante auprès des pouvoirs publics.-Des projets de banquiers d'affaires circulent auprès du gouvernement pour vanter les mérites d'un rapprochement entre la Banque postale et la Société générale. Dans les bons scénarios, certains y adjoignent même les activités de financement des collectivités locales exercées par Dexia, si celui-ci parvient à se séparer de sa partie belge. Ainsi, la Société générale serait sauvée.
Le gouvernement connaît tous ces projets. Il n'y a jamais opposé un refus net, propre à décourager toutes les convoitises. Officiellement, il réfléchit. Dès lors, les salariés de La Poste ont toutes les raisons de nourrir des inquiétudes.
.."

-La Poste face au spectre de France Telecom

-Pourquoi changer le statut de La Poste si ce n'est pour privatiser ? | Eco89
-Une Poste qui veut« vendre, vendre »
-La Poste : vannes ouvertes au privé
-Privatiser La Poste? Fastoche!

_________________________

-La Poste : dégradation annoncée ?

2 commentaires:

ysengrimus a dit…

Supplique pour la poste. N’allez pas vous laisser fourguer un de ces monstres hybrides à bien vous pomper votre oseille

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/08/01/partenariat-public-prive-gaver-d%E2%80%99argent-public-l%E2%80%99accapareur-prive/

Danger, arnaque, danger, arnaque, danger, arnaque.
Paul Laurendeau

Marcel Thiriet a dit…

OK
Reçu 5/5
Je transmets à l'Elysée...
Cordialement