Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 21 décembre 2009

Debat qui (re)dérape


Identité nationale (suite)

Un débat équivoque , inutile , "imbécile", nocif parfois, dans un climat de crise qui tend à exacerber les tensions internes et dans un contexte de mondialisation, qui estompe les références nationales

-«L’identité n’est pas donnée une fois pour toutes, elle se construit et se transforme tout au long de l’existence.»
[Amin Maalouf (Les Identités meurtrières)]

-« Le mot qui caractérise le mieux la France est variété ... La France oppose aux diversités qui l'assiègent et la pénètrent sa force d'assimilation. Elle transforme ce qu'elle reçoit. Les contrastes s'y atténuent ; les invasions s'y éteignent. Il semble qu'il y a quelque chose en elle qui amortit les angles et adoucit les contours ». (Vidal de la Blache)
__________________

-L'identité nationale selon Rocard : "un débat imbécile":
"...- La France est depuis le milieu du XIXe une terre de dépression démographique. Il y avait vers 1935-36 déjà 4,5 millions d'étrangers en France. Et la presse de l'époque montre que certaines couches de la population traitaient les immigrés - Italiens, Polonais, Belges…- comme des chiens. La presse d'aujourd'hui n'ose pas, s'agissant des Arabes ou des Noirs, reprendre le vocabulaire, les insultes et les présupposés que colportait la France entre les deux guerres. Tous ces hommes sont devenus citoyens français. La France est faite comme ça! Se poser le problème de l'immigration, c'est se poser la question de la date à laquelle s'arrête la bienvenue que nous avons souhaité à tous ceux qui sont devenus Français en venant d'ailleurs, et qui sont aujourd'hui un bon tiers, sinon la moitié, de notre population totale. Alors à partir de quand on crache dessus ?__Exalter la France est une chose. Je me sens Français comme pas possible. Je suis éperdument fier d'être par hasard né dans ce pays. Mais je n'ai pas envie que la chance que cela représente soit fermée à d'autres, au nom d'un sectarisme qui n'est pas dans notre histoire. Et je crains beaucoup que le fait d'ouvrir le débat ne se traduise, comme souvent en France, par une volonté de formaliser, de décrire et de mettre dans des textes, ce qui va figer. C'est idiot…"

-«Arrêtez ce débat, Monsieur le Président !»
-Identité nationale: le ministère réitère son dérapage
-John Bowen: «L'intégration c'est une politique de mixité, pas de prétendus débats»:
"Sur le fond, il y a confusion au moins entre trois choses dans ce «débat». Et ce n'est pas un hasard si toutes les trois figurent dans l'intitulé du ministère d'Eric Besson : immigration, intégration, identité nationale. Commençons par la première.
L'immigration, c'est toute l'histoire de la France. Je me permets de le dire, tout en n'étant pas français, la véritable identité de la France dans l'Histoire a été d'accueillir les gens. Qu'il s'agisse des périodes royales, pendant la Révolution ou les républiques. La seule exception, c'est Vichy. L'idée est simple, elle se formule ainsi : « Vous venez en France, vous travaillez avec nous, nous faisons quelque chose ensemble, et vous êtes français. »
Cette histoire de l'immigration est néanmoins troublée et souvent mal comprise. Le fait que les Portugais, les Italiens ou les Polonais étaient catholiques n'a pas toujours impliqué un accueil chaleureux. Ils ont parfois été jugés « trop catholiques » ou « prenant la place des Français ». Sur un autre plan, l'immigration fait partie intégrante de la politique française depuis l'époque coloniale. C'était la « politique de l'apport », où les colonies, en particulier l'Algérie, fournissaient de la main-d'œuvre. C'était une politique volontariste, qui ne découlait pas d'un accident historique, surtout dans l'après-guerre.__Les immigrés d'Afrique du Nord et d'Afrique de l'Ouest ne sont pas arrivés en France en raison d'une quelconque politique multiculturelle, mais parce que la France avait besoin d'eux. Les entreprises et le gouvernement travaillaient ensemble à faire venir des gens pour travailler. La forte représentation des musulmans, venus du Maghreb, est la conséquence d'une politique volontariste du gouvernement. Donc, en quelque sorte, l'identité de la France s'est construite autour de ces politiques d'immigration..."
-Identité nationale: pour Michel Piron, député UMP, «on est dans un vrai foutoir»
-Juppé critique le débat sur l’identité nationale
-Le débat sur l'identité nationale tourne au débat sur l'islam
______________________
- Identité nationale: dérapage?

Aucun commentaire: