Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 10 novembre 2010

Cameron: Man of Genius !

Very good Idea, indeed !


Obliger les chômeurs à travailler gratuitement:
Une idée «so british» !
_______

Sarko en a rêvé (eh!oui! on s'en souvient)
__Cameron l'a fait...

______

Dans le cadre innovant de l'austérité à l'anglaise, Cameron pouvait encore faire mieux et il le prouve: il propose le bénévolat forcé ou allocation supprimée pour les chômeurs
Shocking ?.. Not at all!
"Le Premier ministre britannique, David Cameron, a eu une brillante idée pour lutter contre le chômage qui touche 5 millions de personnes au Royaume-Uni : faire travailler gratuitement les 1,4 million de demandeurs d’emploi longue durée que compte l’Angleterre ! Cette mesure figure dans le cadre d’une projet de réforme du système d’allocations chômage britannique.
"Selon ce projet, pour conserver leur allocation hebdomadaire de 65 livres sterling (75 euros), les chômeurs de longue durée devront effectuer au moins trente heures de travail gratuit par semaine au profit de la collectivité, pour une période de quatre semaines. Ils réaliseraient des travaux manuels ou d’entretien de la voirie au bénéfice de services municipaux ou associations. Ces programmes seront obligatoires, et les chômeurs qui refuseraient d’y prendre part perdraient leur allocation chômage pendant au moins 3 mois." (Le Parisien)
__L’idée séduit aussi en France. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, Benoist Apparu, secrétaire national de l’UMP et secrétaire d’Etat au Logement et à l’Urbanisme, a jugé l’idée "excellente", même si elle lui paraît très difficile à mettre en oeuvre."
Nettoyer les rues, aider les associations, etc.. Autant d'occasions de ne pas créer d'emplois dans ces domaines ou d'en supprimer peut-être; pourquoi pas? Et comment chercher un emploi quand cette activité demande un temps plein.
C'est tout bénéf!
Malin, le Cameron!...

A moins qu'il ne considère que ces chômeurs le seront définitivement

Malheureusement pour notre jeune et fringant conservateur, ancien élève d'Eton Collège, certains sujets de Sa Gracieuse Majesté (qui se tait royalement, as usual...) émettent quelques réserves:
"Le projet a soulevé l'inquiétude du chef de l'Eglise anglicane. "Je suis très inquiet. Je ne pense pas que cela soit juste", a indiqué l'archevêque de Canterbury Rowan Williams. "Les gens qui se battent pour trouver du travail, et qui se battent pour un avenir sûr, sont entraînés encore plus dans une spirale d'incertitude, et même de désespoir lorsqu'ils sont mis sous pression de la sorte", a-t-il commenté."
"Gauchiste!", répondent certains...

-Cette proposition gouvernementale révélée par la presse britannique ce week-end n’en finit pas de susciter de vives critiques. La fureur des associations de défense des chômeurs et de l’opposition était attendue.
"Il nous faut des réformes qui traitent les chômeurs avec dignité et qui ne soient pas des insultes", s’est ainsi insurgé lundi le Child Poverty Action Group (Association de lutte contre la pauvreté infantile). Les Travaillistes aussi ont déploré cette nouvelle mesure : "les membres du gouvernement devraient tout simplement avoir honte", a estimé John Trickett, un député travailliste spécialiste de l’exclusion. La condamnation par l’archevêque de Canterburry, Rowan Williams, devrait affecter d’avantage Ian Duncan Smith, qui se présente comme le plus catholique des ministres..."
__Faire bosser gratuitement les chômeurs : vraiment "une excellente idée !"
Et si Cameron nous indiquait le chemin de la future 'Europe sociale?..
_____________Mais Cameron ne va pas assez loin..
A sa place, je restaurerais les Workhouses du 19°Siècle....

Qu'en penserait C.Dickens?
__
-Riot in the UK_-
__ Les chômeurs convoqués au travail obligatoire______________________
Article repris par Agoravox

2 commentaires:

valentini a dit…

L'esprit de réforme, sauce anglaise, à la chasse au renard ouvrier

L'Anglais standard est un type farci de bon sens. Comme il a deux mains, deux pieds, deux yeux, il sait, par expérience, que, dans la vie, tout va par deux: le haut, le bas, la gauche, la droite, Laurel et Hardy. Les borgnes, les estropiés et les manchots, évidemment, ne comprennent rien à cette extension foudroyante, en droits, de l'homme, dans l'espace public, et donc s'ils tentent, à leur corps défendant, de freiner la concurrence frénétique qui pour l'heure règne et divise entre eux les êtres humains, c'est qu'ils ont perdu tout sens commun. De ce don si précieux de sa personne à la common decency, l'Anglais de haute basse cour a toujours tiré les moyens de son gouvernement. Il y a deux sortes d'hommes, dans la vie, n'est-il pas! Le capitaliste que les lois empêchent, entravent, embarrassent et le prolétaire qui, sans la Loi, verserait, à toute vitesse, dans le caniveau. Nous venons de résumer plus de quatre siècles de philosophie anglaise, en matière d'organisation sociale, soucieuse de pendre les pauvres par milliers et d'imposer le travail forcé, où et quand sa mansuétude, à l'encontre des incapables économiques, l'exige.
Car nous ne cesserons jamais de le répéter, en dépit des tartufferies et jérémiades, à propos de la repentance, la colonisation des peuples, contemporaine de l'ouverture du monde au monde du commerce moderne, cette armada ininterrompue de marchandises matérielles et humaines, a commencé aussi, ici même, en Europe. Aussi est-il logique qu'on persiste à parler des aspects positifs du colonialisme, qui plus est, en appelant Marx à la rescousse, avec un toupet hors du commun, Marx qui n'a jamais dit que les classes capitalistes étaient révolutionnaires, en tant que telles, mais, et c'est plus qu'une nuance, que le mode de production capitaliste avait révolutionné les sociétés, ce que personne aujourd'hui ne songe à nier. Mais la goinfrerie inouïe des classes capitalistes, inquiètes de leur insatiable gloutonnerie, du moins du reflet, de l'image que cette dernière projette dans toutes les couches et classes de la société, y compris parmi l'élite qui s'emploie, quel qu'en soit le motif, à défendre leurs intérêts, les poussent à exiger beaucoup plus que la simple richesse matérielle. Elles veulent la reconnaissance qu'elles dénient aux classes sociales, sans lesquelles leur mode de vie disparaîtraient. C'est donc clôturer dans ses propres certitudes intimes, doublées d'une arrogance sans borne, que le pragmatisme tyrannique anglais, qu'un million de pingouins, en France, applaudissent, vient de réinstaurer le travail obligatoire.

(lire la suite sur 1847.overblog.com)

Marcel Thiriet a dit…

Bonjour Valentini,
Merci pour ce billet bien envoyé.J'ai bien aimé la "cerise sur le pudding"
Bientôt un mariage royal va faire rêver les "Sujets". God save...
Cordialement