Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

lundi 11 avril 2011

Billet lusitanien

Où va le Portugal?

Le Portugal a longtemps été un pays "pauvre", au passé surtout agricole, qui a fourni pendant des décennies aux pays européens, notamment la France, une main d'oeuvre utile et courageuse.
_Malgré un passé prestigieux (ce pays, comme l'Espagne, depuis Henri le Navigateur, a ouvert la voie au commerce international, à une forme de mondialisation-colonisation entre l'Ancien et le Nouveau Monde notamment), le développement du petit Portugal est resté modeste, par rapport à ses partenaires européens du Nord.
C'est par une ironie de l'histoire que le Brésil, enfant de Lisbonne, propose aujourd'hui son aide à la mère fondatrice.
__Le Portugal traverse une crise économique et politique profonde, qui a des causes internes spécifiques, aux racines anciennes. Sa fragilité relative, ses profondes inégalités et une gestion désastreuse ont été accentuées par la crise économique et par l'exorbitant pouvoir des agences de notations et les manoeuvres des traders, qui ont organisé la crise

"... En Europe, ce sont les marchés financiers de la renégociation permanente qui font la pluie et le beau temps. Maintenant, c’est sûr : Il faut bien prendre cette variable en compte dans les prises de décisions politiques. Désormais cela n’a plus de sens de parler d’harmonisation des politiques budgétaires et fiscales en Europe, sans envisager la réaction – prévisible, ou irrationnelle - des marchés secondaires, qui peuvent changer la donne. L’autre certitude, lorsque la politique politicienne – le jeu de dupe entre la droite et la gauche portugaise - vient se mêler aux soubresauts des marchés, cela crée un détonateur phénoménal, capable de forcer un gouvernement à demander l’aide… refusée quelques jours plus tôt, toujours par l’entremise de la panique boursière. Ceci étant accentué par le fait que l’irrationalité mimétique à grande échelle fait que des traders sur dette publique peuvent parfaitement avoir l’impression d’être rationnels. Cette situation était évitable au Portugal : moyennant un minimum de raison du coté des « traders du citoyen lambda » - ceux qui gèrent l’argent des clients et de leur banque en le plaçant au jour le jour -, il était inutile de demander l’aide du FMI ou de la commission européenne. Mais comme ces traders ont vendu massivement la dette portugaise, par défiance, cela a fait monter les taux d’intérêt auxquels le Portugal peut emprunter, le mettant dans une situation intenable, nonobstant sa crise politique, qui n’a fait infine que renforcer la défiance des marchés secondaires..." (P de Lima)
Du coup , il est à craindre que l'austérité ne fasse qu'ajouter à l'austérité.
. La jeunesse sacrifiée perd confiance en l'avenir. Un cercle vicieux s'installe après plusieurs plans de rigueur. Les remèdes tuent le malade. Désarmer la spéculation est une urgence.
Face à une Europe défaillante, les bons docteurs du FMI trouveront-ils la voie du redressement?
__________________________

Aucun commentaire: