Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 11 août 2015

Billet d'août

 Etre noir aux USA
                                 Rien ne va plus pour les noirs dans certains Etats des USA. Les plus jeunes surtout. Les moins diplômés et les plus déshérités.
       Mais est-ce bien nouveau? Les dernières éruptions sont des retours du refoulé, dans des conditions sociales et économiques dégradées, qui touchent surtout la population de couleur,victime en premier lieu de la violence policière et d'un système judiciaire souvent critiqué.
     Obama va changer ça...entend-on souvent aux USA
         Le journaliste noir Gary Younge pense que "Une seule personne ne peut pas défaire des siècles de discrimination, peu importe son pouvoir."
  Car les condamnation purement morales se révèlent impuissantes
          Charleston, c'était hier.
Un an après Ferguson...
    D'après Wikipedia, . Si la ségrégation raciale aux États-Unis est légalement enterrée en 1967 avec l'arrêt Loving v. Virginia, où la Cour suprême juge anticonstitutionnelles les lois interdisant les mariages mixtes entre individus de couleurs différentes. Dans les années 2000 et 2010, le renforcement des écarts s'est accentué, avec une augmentation de la pénalisation et du contrôle policier des populations noires. D'après les informations collectées par le Federal Bureau of Investigation (FBI), en 2012, aux États-Unis, la police à provoqué 426 homicides appelés « homicides justifiables » (en anglais : « Justifiable homicide », se rapportant à des « félons » (insoumis) tués par la police « felons killed by police ») par le FBI. Cela se réfère aux déclarations de policiers stipulant que la personne tuée : Attaquait une autre personne, à tenté un combat (attempted flight), lors de la préparation d'un crime (in the commission of a crime), ou lors de résistance à une arrestation (resisted arrest). Si 13 % de la population est noire aux États-Unis, 32 % font partie de cette catégorie. De la même façon, lorsque les victimes n'étaient pas en train d'attaquer lorsqu'elles ont été tuée, 39 % sont noires
       Un an après la mort de Michael Brown, Ferguson est de nouveau sous tension.
          50 ans d'émeutes raciales ont marqué le pays.
                    Une lutte qui est loin d'être terminée.
 Si les Afro-Américains constituent dès lors une minorité – certes importante –, leur proportion dans les différents fichiers des services de justice et de police révèle la discrimination. Par exemple, à New York, en 2012, il y a eu 284 229 contrôles d’identité de personnes noires, contre 50 366 de Blancs, alors que ces derniers sont la communauté majoritaire (33 %, contre 26 % de Noirs) au sein de la population de la ville. De même, la probabilité d’emprisonnement des hommes nés en 2001 est d’une personne sur trois pour les Noirs, contre une sur 17 pour les Blancs. En 2011, sur les 2,24 millions de prisonniers aux États-Unis, il y a 5,6 Noirs pour un Blanc. En moyenne, les peines d’incarcération sont 20 % plus longues pour les Afro-Américains (1). Quant aux excès policiers, sur la période 2003-2009, 31,8 % des morts liées à une arrestation concernaient des individus noirs. Quand ceux-ci sont âgés de 15 à 19 ans, ils sont particulièrement vulnérables : ils ont alors 21 fois plus de risques de mourir tués par un agent de police que des Blancs 
         Toutes les méthodes particulières d'une certaine police ne sont pas médiatisées.
Car un des gros problèmes est celui d'une police de plus en plus militarisée, de sa formation, du mode de fonctionnement de la justice et de l'addiction générale aux armes dans le pays. L'impunité et l'absence de remords n'arrangent rien.
     Des solutions se mettent en place localement. Mais comment en finir avec l'esprit ségrégationniste et ses résurgences sans remise en question du fonctionnement des institutions?
____________________________

Aucun commentaire: