Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 13 août 2015

Post scriptum à Angela

Sehr geeherte Frau Merkel,
                                                  J'espère que ma dernière missive vous est bien parvenue.
J'espère que vous n'en avez pas pris ombrage. Je comprends que la période estivale ait retardé la réponse aux naïves interrogations d'un simple petit Français, un tantinet troublé par la ligne de votre gouvernement et la place hégémonique que prennent les choix financiers et économiques de Berlin dans les décisions dites de Bruxelles, qu'on appelle encore communautaires.
Ah! la propagande de 14-18....
   Je voulais juste ajouter un petit mot, au vu des réactions parfois furibondes de certains éleveurs de votre pays à l'égard de leurs confrères d'Outre-Rhin, les braves éleveurs franchouillards, qui, malgré des aides vitales, tire  le cochon le diable par la queue.
   Il s'agit d'une histoire de cochons
Pas seulement de vaches, sujet aussi sensible.

                 Mais du cochon!  
                                                                                      Tout est bon dans le cochon.    Quoique...
          Nous connaissons la prédilection du consommateur germain pour la viande de ce vieil ami de l'homme, plus populaire chez vous que chez nous; Vous en consommez environ 40 kilos par personne et par an.
    Nous, bien moins, et nos Bretons ne sont pas toujours très bons...

         Mais, là est le problème, vous en produisez dans des conditions qui n'ont pas d'équivalent chez nous, pour gagner la bataille des prix à l'exportation, votre souci journalier. Mercantilisme oblige.
       Der Krieg ist wirtschaftlich. Immer grösser, immer billiger! Kolossal Produktion! C'est la grosse Bertha de l'agrobusiness offensif...
   Pourquoi vos amis les Verts-très-pâles, pointilleux sur certains choix, sont muets sur le sort peu enviable de quadrupèdes entassés à l'américaine dans les méga-fermes du Brandebourg. Notre ferme des mille vaches est ridicule au regard de votre industrialisation porcine à la californienne. Ist.französisch  zu klein?
      Si je puis me permettre, ne craignez vous pas, que malgré vos immenses cochonneries élevages de cochons et les salaires préférentiels alloués à vos ouvriers (Gastarbeiter) venus de l'Est (les plombiers polonais à vous), vous ne soyez un jour dépassée par la production espagnole, ukrainienne ou bulgare, voire chinoise. Des salaires toujours moins onéreux, on peut toujours trouver. Avec les 80000 salariés dans vos abattoirs, venus de l' Hinterland, qui font de l'ombre aux nôtres, parce que peu revendicatifs (on va dire ça comme ça), on comprend mieux, et le smic, que vous avez finalement adopté de mauvais gré, est à géométrie variable, quand il est appliqué..
     Je sais qu'il faut être compétitif, comme dit votre partenaire hollandais français. mais l'esprit des fondateurs de l'Europe prévoyaient-ils le dumping comme mode concerté de développement?
 Qu'en est il du principe de la fameuse divergence convergence européenne, dont on n'entend plus guère parler?
         Ne croyez pas que je sois devenu germanophobe. Ce serait non seulement désobligeant, mais idiot. Mais je suis sans angélisme. 
     Et j'ai de bons amis westphalien, friands de cochonneries diverses et avariées, qui sont loin d'approuver vos choix, de même que votre prédécesseur H. Scmidt, redoutant que vous ne confondiez partenariat et  hégémonie, et bien d'autres, même au Süd Deutsche Zeitung,qui ne mâche pas ses mots à votre égard.
        Je sais que vous avez hérité du système Schröder-Hartz, très thatcherien finalement, qui vous laisse peu de marge de manoeuvre dans une Europe que vous pilotez de fait, avec votre ami Schaüble, bien aidé par un euro-Mark qui favorise à merveille vos affaires et le dumping salarial (pardon pour les gros mots!), notamment les fameux jobs à un euro de l'heure, qui feraient se pâmer d'envie Mr Macron.. Mais il vous revient de le contester.
      Bravo pour vos excédents commerciaux! Mais dans les conditions d'une l'Europe bridée par vos obsessions monétaires, ils risquent de se retourner un jour contre vous.

    Achtung! Chère Angela, ce n'est pas vous qui êtes en cause, mais le système que défend becs et ongles votre très rigide ministre de l'économie.
        Il faudrait en parler à Bruxelles, cet espace estimé encore par certains démocratique, avant que l'Europe ne se fissure un peu plus. Il n'y a pas que l'Est jusqu'à Shanghaï qui compte...Je sais, les Mercédes, Audi et BMW fascinent là-bas. Mais jusqu'à quand?
      On a besoin de vous, si on veut sauver une certaine idée de l'Europe,  à condition que vous sortiez d'une certaine obsession de l'austérité, qui ne mène nulle part.  Holzwege, comme disait un philosophe de chez vous.
        Je vous souhaite une bonne reprise politique, avec un esprit européen plus convergent et plus solidaire. Donnez de la voix dans votre pays qui entretient trop de rentiers et une idée de l'avenir à trop court terme.
     Parlez-en avec Mr Juncker, ce homme affable et ouvert qui vous doit son poste, et qui est dans le même ligne libérale que vous, même s'il redoute (un peu) les effets des  immenses excédents de l'euroreich sur la santé de l'économie européenne..
             Veuillez croire, Madame la Chancelière....
________________
- L'Allemagne principale bénéficiaire de la crise Grecque
L'Allemagne, double bénéficiaire de l'euro
- La question des excédents commerciaux
Le salaire minimum s'avère impuissant face à un niveau de pauvreté record en Allemagne
____________________________
 .

Aucun commentaire: