Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 4 novembre 2016

Vautours en action

 Toutes griffes dehors
                                    Les vautours, les bien nommés, fondent sur leurs victimes  profitant d'une récession ou de toute autre situation de détresse.
              Ils portent bien leur nom.
     On les avait oubliés, mais ils sont toujours prêts, ces prédateurs, à se jeter sur les entreprises en difficulté, même s'ils peuvent prendre des risques.
     Vivarte en est aujourd'hui une victime de choix, victime de la financiarisation et de patrons « nettoyeurs » comme Georges Plassat, actuel PDG de Carrefour.
        Les médias les surnomment parfois « fonds vautours », quand les professionnels de la finance préfèrent l’appellation anglo-saxonne plus neutre de « fonds distressed » (comme « distressed debt », c’est-à-dire dette dépréciée). Ces prédateurs sont spécialisés dans le rachat de dette d’entreprises en difficultés, une activité juteuse dès lors que l’on dispose d’une mise de départ conséquente. L’objectif est simple. Ils repèrent une entreprise potentiellement rentable mais dont l’endettement menace le bon fonctionnement, et rachètent sa dette à bas prix. Ensuite, ils s’invitent à la table des négociations aux côtés des autres créanciers. Objectif : convertir leurs créances en capital de l’entreprise (c’est-à-dire abandonner une partie de leur créances contre des actions de la société), afin d’en prendre le contrôle, et revendre leur participation au prix fort quelques années plus tard…
   On connaît ce funeste business des faillittes, au coeur de la financiarisation d'aujourd'hui, où la récolte rapide du cash prime sur le souci d'investissement à long terme et de production. Un certain B.Tapie en a été un exemple fameux.
        Là ce sont  22 000 salariés qui sont dans les griffes de vautours de la finance.
                    Sur un autre plan, on connaît le rôle qu'ils ont joué, à une autre échelle, sur les dettes d'Etat, en Afrique et en Argentine, mais qui peuvent inquiéter aussi l'Etat français.
      *  Les Fonds vautours sont des fonds d'investissements spéculatifs qui se spécialisent dans l'achat à bas prix de dettes émises par des débiteurs en difficulté ou proches du défaut de paiement, qu'il s'agisse de dettes d'entreprises ou de dettes souveraines, avec pour objectif de réaliser une plus-value soit lors de la phase de restructuration de la dette, soit en refusant la restructuration et en obtenant par action en justice le remboursement de leur créance à une valeur proche de la valeur nominale plus intérêts et éventuels arriérés de retard . Ces fonds ont par exemple racheté à très bas prix (20 % de sa valeur) la dette argentine lors de la crise économique argentine des années 2000 (dette envers de grandes banques occidentales) puis ont refusé de participer à la renégociation de cette dette. Les procédures judiciaires entre les fonds et l'Argentine continuent encore en 2016, les fonds vautours demandant un remboursement au plus proche de la valeur nominale. .Ces fonds sont souvent critiqués car le fondement de leur stratégie est de parier sur l'échec de l'emprunteur puis de récupérer un maximum d'argent lorsque ce dernier est à terre, ce qui est contraire à la logique ordinaire du prêt, qui est de parier sur le succès de l'emprunteur pour optimiser ses chances d'être remboursé. Néanmoins, ces fonds ont le Droit pour eux puisque le fondement de leur action est de simplement demander à se voir rembourser le montant prévu contractuellement sur les titres de créances dont ils sont légalement propriétaires. Les tribunaux donnent ainsi souvent raison aux fonds vautours lorsqu'ils ont à juger un contentieux entre le fond et un débiteur...
____
- Comment s'en prémunir,
________________

Aucun commentaire: