Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mercredi 14 décembre 2016

Syrie: approche géopolitique et stratégique

       Faits, points de vue, perspectives et interrogations
                             Ce que nous savons, ce que nous croyons savoir, ce que nous saurons...plus tard.
                      Que savons-nous vraiment? Peu de choses, en vérité. Beaucoup de brouillages, d'informations partielles ou biaisées.
      La tragédie d'Alep représente-t-elle un tournant dans un conflit qui semble s'éterniser et où règne une grande confusion, étant donné le nombre d' Etats ou de communautés impliqués, l'interaction et les contradictions des intérêts en jeu, sur le terrain et autour du conflit.
            On parle de début de la finEn est-on vraiment sûr?  
    D.Villepin disait "Répondre à l'attaque par la guerre, c'est éteindre un incendie au lance-flammes".    Et les civils trinquent... 
               Cela s'est déjà vérifié maintes fois dans un passé récent.
      Dans le bourbier du MO depuis l'intervention américaine en Irak, ce fut le début d'une déconstruction d'entités issues pour l'essentiel des accords franco-anglais du début du XX° siècle et un enchaînement fatal, pour les raisons que l'on connaît mieux maintenant, depuis le début de la guerre en Irak, le grand déclencheur de troubles, le déstabilisations en cascades.
   Que saurons-nous demain de la tragique affaire syrienne, au-delà des rideaux de fumée, des informations contradictoires, des récupérations?
        Pierre Conesa est un observateur assez averti des problèmes du MO et un analyste des conséquences de la guerre selon Daech, qui produit à ses yeux un changement profond dans les engagements des armées et une modification de la nature même de la guerre. 
                  De son côté, un blogueur informé décrit la manière dont le conflit syrien retentit sur la politique intérieure et extérieure des USA, tendant à redistribuer des cartes au jeu compliqué.
           Certains journalistes occidentaux, notamment au sein de The Independent,  commencent à souligner pourquoi et comment les média occidentaux se sont fait l'écho de versions tronquées ou déformées de la réalité.
     Si on ne peut prendre sans réserves ni critiques ces informations, on ne peut non plus les écarter totalement, si on fait un peu d'histoire, elle qui éclaire le présent.
        Par le passé, nous avons vu combien nous avons pu être leurrés pas des informations partagées et présentées comme indiscutables... La première victime des guerres est bien la vérité, a-t-on souvent répété.  La prudence s'impose. Ecouter d'autres voix..à discuter elles aussi.
     A l'heure où la lumière se manifeste un peu plus sur l'affaire syrienne, la vérité sur les faits et leurs antécédents en Syrie sera sans doute longue à établir, même partiellement.
_______________________

Aucun commentaire: