Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 22 novembre 2008

USA : retour à l'isolationnisme ?


A la faveur d'une crise qui met à mal l'économie...
Obama suivra-t-il cette voie ?

-Comme le rappelait Pascal Boniface, l' isolationnisme américain « les conduit à s’écarter de plus en plus des règles de droit définies multilatéralement, à nourrir une désaffection certaine pour les institutions internationales, à privilégier des pratiques unilatérales et coercitives, à considérer les règles internationales comme des contraintes injustifiées pesant sur la liberté de décision des Etats-Unis. » . Cette attitude est la cause principale du froid, devenu glacial au moment de la deuxième guerre en Irak, entre les deux rives de l’Atlantique et entre les Etats européens eux-mêmes.________

Une doctrine fondatrice:
« Notre Grande règle de conduite envers les nations étrangères est d'étendre nos relations commerciales afin de n'avoir avec elles qu'aussi peu de liens politiques qu'il est possible. Autant que nous avons déjà formé des engagements remplissons-les, avec une parfaite bonne foi. Et tenons-nous en là.
L'Europe a un ensemble d'intérêts primordiaux, qui avec nous n'ont aucun rapport, ou alors très lointain. Par conséquent elle est engagée dans de fréquentes polémiques, dont les causes sont essentiellement étrangères à nos soucis. Par conséquent donc il est imprudent pour nous de s'impliquer, à cause de liens artificiels, dans les vicissitudes ordinaires de sa politique, ou les combinaisons et les conflits ordinaires de ses amitiés ou de ses inimitiés.
[…] Pourquoi renoncer aux avantages d'une situation si particulière ? Pourquoi quitter notre propre sol pour se tenir sur une terre étrangère ? Pourquoi, en entrelaçant notre destin avec celui d'une quelconque part de l'Europe, empêtrer notre paix et notre prospérité dans les labeurs des ambitions, rivalités, intérêts, humeurs ou caprices européens ?
C'est notre politique véritable d'avancer exempt d'Alliances permanentes avec n'importe quelle partie du Monde étranger ..." (G.Washington- sept 1796)
___________

La grande tentation | AgoraVox:

"...Le piège s’est refermé sur l’économie mondiale. Les déséquilibres s’avèrent brutalement insoutenables, et il n’existe aucun moyen de les corriger sous la pression. La déflation actuelle consiste en une perte de valeur d’actifs que l’on constate adossés à une demande insolvable. Cette insolvabilité provient de la montée des inégalités, elle-même causée par la mise en concurrence directe de tous les "marchés du travail", ce qui a été rendu possible par le démantèlement des barrières tarifaires réalisé par le GATT. Augmenter les salaires pour restaurer la solvabilité est fort peu probable, mais si c’était le cas, ça ne ferait qu’accélérer les pertes d’emplois par délocalisations. D’où la grande tentation du retour au protectionnisme. Celui-ci aurait été fort utile dans les années 1920 et 1990 pour prévenir les crises. Appliqué brutalement une fois les problèmes apparus, comme dans les années 1930, il peut avoir des effets négatifs. ...
Il y a 8 ans, Ford Motor Co avait lancé un projet "blue team" allant en ce sens. Ce projet a été abandonné après avoir constaté que les coûts de production de Ford (c’est à dire les salaires, retraite comprise) ne permettraient pas la rentabilité dans la concurrence sur ce marché avec Honda et Nissan.Le piège est refermé. Le seul moyen de sauver les "big three" est de restaurer des barrières tarifaires. Ce peut être d’une manière indirecte, par exemple en les subventionnant avec l’aide d’un impôt sur ... les ventes de voitures, qui pourrait être justifié par de grandes considérations environnementales. Cela défavoriserait et augmenterait les problèmes des sociétés qui exportent le plus aux US, c’est à dire Toyota, Honda et Nissan. Les problèmes américains seraient alors déplacés vers le Japon. Un accord pourrait figer les parts de marché mais pas de chiffres d’affaires, le total restant très inférieur à ce qu’il a été.-------Un air de déjà-vu ? C’est ainsi que le piège a fonctionné dans les années 1930. Cela fait longtemps que l’on nous dit que la répétition de ces événements est impossible car on en a tiré les leçons. Il va falloir maintenant le prouver. J’ai bien entendu des financiers respectables m’expliquer il y a deux ans que "le risque systémique n’existait plus". L’automobile était avant la crise un des premiers postes d’exportation en France, et Renault et PSA délocalisent à tour de bras. Il existe un risque de refaire aujourd’hui et pour les mêmes raisons les mêmes erreurs qu’en 1930.Tant qu’à entrer dans une prospective de répétition, et en relisant l’histoire de la montée des périls de la décennie 1930, on peut imaginer qu’avec le protectionnisme renaisse l’isolationnisme US. La nouvelle administration démocrate pourrait constater que les guerres d’Irak et d’Afghanistan coûtent chaque année l’équivalent d’un plan Paulson, que des centaines de milliers de GIs stationnent ailleurs dans le monde, que la doctrine “preemptive” des neocons n’est pas spécialement efficace ni populaire, ni aux Etats-Unis, ni dans le monde. Il n’est pas aberrant d’imaginer que les Etats-Unis abandonnent leur rôle de "gendarme du monde". La réduction de la facture énergétique et de la dépense militaire pourraient suffire aux Etats-Unis à passer un cap. Du "nouvel ordre mondial", on passerait alors directement à l’anarchie.En résumé, il y a une cohérence possible à tout cela. La réduction de la dépense militaire permettrait d’équilibrer le budget. Elle rendrait l’approvisionnement en pétrole plus difficile, mais ceci pourrait être compensé par un grand plan d’économie d’énergie relançant l’industrie des Etats-Unis et seulement elle, le tout avec un discours enthousiaste pacifiste et environnementaliste...."

-Isolationnisme américain - Wikipédia
-Le faux-isolationnisme américain
-Etats-Unis : Politique étrangère, histoire, politique extérieure des USA,
-La forteresse isolationniste par la voie royale de la sécurité

- Un protectionnisme européen raisonnable s’impose
-Pour un protectionnisme européen
-La crise mondiale d’aujourd’hui, Maurice Allais
-Libre-échange : l’entêtement | AgoraVox

Aucun commentaire: