Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 16 mars 2010

Les Indiens et Texaco

Équateur: le procès écologique du siècle

-Trente mille Indiens contre Texaco

_______Texaco pollueur : des Indiens d'Amazonie accusent

-Cynisme et coups montés

-" «Il ne s'agit pas d'une marée noire accidentelle. En Équateur, Texaco a utilisé une technologie obsolète pour économiser de l'argent, c'est une pollution délibérée(Luiz Yanza)
...sur un territoire de 1.500.000 Ha où vivaient plusieurs communautés indigènes

Mais que fera finalement le Président Correa
...partisan d'un changement rapide?
___-Dernière nouvelle: Le dilemme de l’or noir
______________________


-Quand un peuple affronte en justice un géant pétrolier :
"L’Équateur est sur le point de connaître un moment sans précédent dans le combat écologique par l’imminence d’un verdict qui fera date. Les multinationale états-unienne Texaco et Chevron Corporation sont, en effet, conduites depuis 2003 devant les tribunaux par les organisations et populations indigènes de l’Amazonie équatoriale, pour avoir déversé des millions de tonnes de déchets toxiques dans la forêt Amazonienne entre 1964 et 1990 .
___Texaco a opéré sur un territoire de 1.500.000 Ha où vivaient plusieurs communautés indigènes. Ces populations souffrent aujourd’hui d’un taux anormalement élevé de cancer, ont vu apparaître des malformations chez les nouveau-nés, ils ont donc été contraints de quitter leurs terre et d’abandonner leurs foyers traditionnels. La catastrophe engendrée par l’exploitation et la production de pétrole par Texaco jusqu’en 1992 est déjà surnommée le « Tchernobyl amazonien » par bon nombre d’ONG.
Elle est accusée d’avoir utilisé des procédés expressément interdits par la législation en vigueur au Texas depuis 1919 et en Louisiane depuis 1953 considérant l’Équateur du Président de l’époque, Ramón Castro Jirón, comme une zone de non droit. Mais la multinationale a aussi violé la Loi équatorienne sur les hydrocarbures de 1971 qui prévoyait « l’adoption de toutes les mesures nécessaires pour la protection de la faune, de la flore et d’autres ressources naturelles et pour éviter la pollution de l’eau, de l’air et des sols ».

-Ils ont bravé Texaco au cœur de l'Amazonie:
"...Ces 30 000 gueux de l'Amazonie ont bravé la deuxième compagnie pétrolière américaine et ont obtenu une estimation de leur préjudice - 27 milliards de dollars - qui fait de cette affaire le plus grand procès environnemental de l'histoire. «Nous sommes à la fin d'un processus, estime Pablo Fajardo, avocat des plaignants. Toutes les preuves ont été réunies, et la culpabilité de Chevron-Texaco est évidente. Nous n'attendons plus que la décision du juge», dit-il...
Aujourd'hui, sur une surface de 4 400 km², soit la moitié de la Corse, Lago Agrio est un cloaque : un millier de piscines, comme celle qui jouxte le puits numéro 5, auraient été laissées en plan par Texaco ; plus de 1 million de mètres cubes de brut a été déversé dans les rivières, sans compter les fuites d'oléoducs. Un constat qu'il est difficile de nier lorsque l'on patauge dans les marécages nauséabonds et irisés d'huiles qui entourent la ville, mais sur lequel tout le monde se déchire lorsqu'il s'agit d'établir des responsabilités
..."
-Les indigènes équatoriens intentent un procès à Texaco :
"...En 1967, la Texaco Petroleum Company (Texpet), filiale de Texaco Inc, commence à exploiter le pétrole en Équateur en consortium avec l’entreprise nationale Petroecuador. Jusqu’en 1990, année à laquelle prit fin son contrat, Texaco érige un oléoduc gigantesque qui traverse la forêt amazonienne, construit 22 stations, perfore 339 puits sur un territoire qui atteint aujourd’hui 442 965 hectares et produit environ 1 500 millions de barils de brut. En un peu plus de vingt ans, la compagnie a ainsi exploité 80 % de la production nationale de pétrole, laissant à l’État de maigres royalties et sans jamais partager les bénéfices.
Parallèlement elle a répandu des tonnes de produits toxiques et de déchets dans l’Amazonie, et plus de 86 milliards de litres d’eau de production (dont la salinité est six fois supérieure à celle de l’eau de mer et qui contient des restes d’hydrocarbures et de métaux lourds). Cela sans compter les deux millions de mètres cube de gaz consommés par leurs brûleurs sans aucun contrôle environnemental..."

-Frente de Defensa de la Amazonía | Luchamos contra ChevronTexaco
- Les marais noirs de Texaco:
-Equateur : l'or noir coûte cher à Chevron Texaco:
"...Concrètement, les plaignants reprochent à Texaco Ecuador de n’avoir pas appliqué en Equateur les standards environnementaux imposés par sa maison mère aux Etats-Unis. La compagnie pétrolière aurait ainsi économisé 1 à 3 dollars par baril produit, soit 8,3 milliards de dollars au total. Un expert mandaté par le tribunal estime que l’indemnisation des populations et la réparation des dégâts environnementaux coûterait près de 8 milliards de dollars. Les plaignants réclament donc aujourd’hui 16,3 milliards de dollars à Chevron.
___Pendant des années, Texaco a refusé tout accord direct avec les populations amazoniennes. En 1995, face à leur action en justice, la compagnie offre 40 millions de dollars à l’Equateur pour réparer les dégâts environnementaux. « Cette somme représente la part de Texaco dans le consortium de coopération, soit un tiers »
explique Chevron. En échange de quoi le gouvernement accepte de soulager Texaco de toute responsabilité dans cette affaire. Selon le FDA, ce “nettoyage” est une « imposture », et les taux de contaminations sont inchangés. Texaco aurait simplement enterré les déchets toxiques sans les dépolluer au préalable.

- L'Equateur ne va pas exploiter le pétrole du Yasuni
-L'Equateur renonce à exploiter le pétrole du Yasuni
-
Le Président Correa fragilisé par la question du pétrole:
"...Ecologistes infantiles !" Le président équatorien, Rafael Correa, ne mâche pas ses mots. En ligne de mire, les membres de la commission Yasuni chargée de trouver les financements internationaux qui devaient permettre à l'Equateur de ne pas exploiter le pétrole de l'Amazonie. Ils ont démissionné en bloc, mercredi 13 janvier, y compris le ministre des relations extérieures.
"Derrière le ministre Fander Falconi, il y a tout ce cercle des écologistes infantiles qui voudrait nous imposer 100 000 km2 de bois protégé - en gros, toute notre forêt amazonienne -, qui voudrait que nous n'exploitions pas le pétrole pour que les oiseaux vivent heureux pendant que les êtres humains meurent de faim", a lancé, vendredi 15 janvier, M. Correa qui dissimulait mal son courroux.
En septembre 2007, c'est pourtant le président de l'Equateur lui-même qui présentait à l'Assemblée générale des Nations unies l'"Initiative Yasuni - ITT" (du nom des trois champs pétroliers Ishpingo, Tambococha et Tiputini), joyau vert de sa "révolution citoyenne".
Pour protéger la biodiversité et les droits des Indiens de la jungle, Quito proposait de ne pas exploiter les réserves de brut - estimées à 850 millions de barils - mises en évidence dans le parc naturel Yasuni. L'Equateur souhaitait que la communauté internationale compense cet effort sans précédent par le biais de mécanismes financiers et la création d'un fonds sous contrôle de l'ONU. Jugée avant-gardiste ou utopique, l'initiative avait surpris par son originalité.
..."
______________
-Chevron-Texaco, premier mécène de la vie politique états-unienne
-
Texaco -et les autres- au Nigéria

Aucun commentaire: