Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 4 septembre 2010

Fignon: dernière échappée

Je l'aimais bien...







Amoureux du vélo depuis mon enfance, je l'avais rencontré une fois au cours d'une course locale il y a une vingtaine d'années et il avait gentiment gratifié mon fils d'une signature sur sa photo encore juvénile.

J'aimais sa simplicité et son franc-parler, qui dérangeait parfois dans le peloton.
J'ai été impressionné par ses dernières déclarations où il évoquait lucidement et courageusement encore le mal qui le rongeait, en songeant à ceux qui partagent sa maladie et ne savent, désemparés, comment tenir psychologiquement. Il ne voulait pas être un exemple, juste un témoin. J'ai rarement vu une telle force et une telle sérénité sans ostentation, chez un homme qui sait depuis des mois que ses jours sont comptés. Je ne suis pas sûr que je serais dans une telle attitude d'esprit si je me trouvais un jour dans une situation semblable, même si je prétends ne pas craindre la mort. Il y a un hiatus entre dire et vivre.
_Quand il évoquait son passé de coureur, il ne masquait presque rien des aspects les moins glorieux de sa pratique du vélo. notamment du dopage, assez répandu, encouragé par le "système", qui favorise la loi du silence au nom d'intérêts finalement très commerciaux, mais qui restait encore à ses yeux à un stade quasi "artisanal". Quand de plus grands moyens furent introduits (Epo, transfusions, etc...), il fut révolté par ce virage qui dénaturait son sport favori et le dénonça, comme le fit G.Lemon, même si ce fut plus discrètement et plus tardivement.
Il ne se prétendait pas innocent, il fut aussi victime d'une organisation qui ne laisse guère le choix des moyens, et il n'excluait pas, sans en être sûr, que son mal soit une conséquence de produits dopants absorbés. J'aurais seulement aimé de lui qu'il fût plus explicite sur certaines pratiques du
vélo-business...qui ne concernaient pas seulement un certain Texan.
Il restera malgré tout dans les annales du vélo non pas un héros, qu'il savait naturellement ne pas être, mais un homme, modeste et courageux,
noble jusqu'au bout ,droit sur ses pédales.
Salut Laurent !
____________________
Article paru dans Agoravox

Aucun commentaire: