Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 18 mai 2012

Nasse néolibérale

Qui sera  Thésée?

Des élites nous ont longtemps prêché la bonne parole, des dogmes officiels et prétendument indépassables en matière d'économie, sortis tout droit de la pensée de Hayek et de ses épigones, qui a fini, pas ses applications reaganiennes et thatcheriennes, par nous mener là où nous sommes.
Des dogmes absurdes. Une imposture.
Une crise qui vient de loin, qui n'est pas que financière, celle-ci étant une conséquence, faisant office d'aspirateur géant ou comparable à un redoutable Minotaure.
__C'est une crise hors norme, comme l'estime James K. Galbraith, qui nous enferme dans une nasse, des contradictions redoutables:
"...Que faire ? Soutenir, soutenir et soutenir encore la demande, par le biais des transferts sociaux et des investissements de l’Etat, car tant que la situation financière des ménages ne sera pas restaurée, ce qui prendra des années, prévoit-il, l’économie largement en surcapacité ne redémarrera pas. Mais même un programme de cette ampleur pourrait ne pas suffire. La crise des années trente, rappelle-t-il, n’a véritablement pris fin qu’avec l’effort de guerre, où la production avait doublé. Les USA disposent-ils alors d’une solution ? Oui, répond Galbraith, si cette crise est mise à profit pour entreprendre la tâche gigantesque de la reconversion énergétique et de la lutte contre les émissions de CO2..."
__Il est temps de changer d'économie. Le Minotaure peut être terrassé.
 Nous voulons tordre le cou à l’idée que la crise est la conséquence de dépenses publiques liées à une politique sociale trop dispendieuse. Il s’agit d’une mystification. Ne nous trompons pas de crise. La dette est intégralement provoquée par la spéculation financière. C’est le coût de la crise financière qui nous a mis dedans. Il est donc aberrant de taper sur les politiques sociales. Cette folie sur les cures d’austérité ne va pas nous faire sortir du trou. En 2011, les entreprises du Cac 40 ont distribué 37 milliards d’euros sous forme de dividende. En regard, le coût de la dette publique est de 45 à 48 milliards d’euros..."
__Pourquoi cette glissade vers l'échec?  se demande Paul Jorion
Il est nécessaire de remonter assez haut pour comprendre le crise actuelle, de sortir le nez du guidon et de la sidération dans laquelle elle nous plonge.
" Quelles sont donc les racines de la crise que vous avez mises au jour ?
 __YV : On les trouve dans les principaux ingrédients de la seconde phase de l’après-guerre qui a commencé en 1971 et la manière dont ces « ingrédients » ont créé une dynamique de croissance majeure sur la base de ce que Paul Volcker avait décrit, peu de temps après être devenu le président de la Réserve fédérale, comme une « désintégration contrôlée de l’économie mondiale ». Tout a commencé lorsque l’hégémonie américaine d’après-guerre ne pouvait plus trouver son fondement sur un habile recyclage des excédents américains vers l’Europe et l’Asie. Pour quelle raison ? Parce que ces excédents, à la fin des années 1960, s’étaient transformés en déficit ; les célèbres déficits jumeaux (déficit du budget et de la balance commerciale).
 Aux alentours de 1971, les autorités américaines ont entrepris un mouvement stratégique audacieux : au lieu de s’attaquer aux déficits jumeaux toujours croissant du pays, les hauts responsables politiques américains ont décidé de faire le contraire : de stimuler ces déficits. Et qui paierait pour eux ? Le reste du monde ! Comment ? Par le biais d’un transfert permanent de capitaux, se ruant sans cesse au dessus des deux grands océans pour financer les déficits jumeaux américains.Les déficits jumeaux de l’économie américaine ont durant des décennies joué le rôle d’un aspirateur géant, absorbant les biens excédentaires et les capitaux du reste du monde. Bien que cet « arrangement » ait été l’incarnation du plus gros déséquilibre imaginable à l’échelle planétaire (selon l’heureuse expression de Paul Volcker), il a néanmoins donné lieu à quelque chose ressemblant à un équilibre mondial : un système international où l’accélération rapide de flux financiers et commerciaux asymétriques fut capable d’apporter un semblant de stabilité et de croissance soutenue..."
___Une crise économique structurelle, aujourd’hui comme en 1930, estime Joseph Stiglitz
Comment en est-on arrivé là et comment sortir du labyrinthe?
Rien n'arrive par hasard. Quand on fait un parallèle avec la crise de 29, on comprend mieux.



Aucun commentaire: