Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

mardi 19 juin 2012

Terres africaines, la grande braderie

La colonisation n'est pas morte

___Le problème ne date pas d'aujourd'hui  et ne concerne pas seulement l'Afrique, mais l'Afrique est la plus dramatiquement exposée.
___La  ruée sur les terres africaines, notamment mais pas seulement pour des raisons de sécurité alimentaire, pose d'autant plus de problèmes que l'agriculture est vitale sur ce continent en croissance démographique, surtout pour la masse des petits exploitants, dont la survie dépend de  leur activité.
__La grande braderie , le vol légal continuent...le plus souvent avec la complicité des pouvoirs locaux corrompus. Les populations sont maintenues dans l'ignorance et mises le plus souvent devant le fait accompli.
Le phénomène n'est pas seulement le fait d'Etats comme la Corée ou la Chine, soucieuse de l'alimentation future de leur population, mais aussi  d' investisseurs, probablement tous installés dans la City londonienne et  du côté des Etats-Unis, des groupes bancaires polyvalents comme Goldman Sachs et Morgan Stanley ou des fonds spécialement fondés pour acheter des terres en Afrique comme JARCH CAPITAL.
En Tanzanie notamment, " 16 % de la population nationale, soit 7,5 millions de personnes, est sous la menace directe de l’insécurité alimentaire. Pour Bernard Baha, « on ne va pas vers le progrès en donnant de telles superficies à un seul investisseur. La population tanzanienne, à 80 % dépendante de l’agriculture, croît toujours à un rythme annuel important : si les terres manquent pour cultiver, ne nous étonnons pas si des révoltes surgissent dans les années à venir ».
__Cette nouvelle forme de colonisation, de pillage vert, de ruée sur le foncier n'est pas sans conséquences sur les prix et les mouvement de population qui vont grossir les masses appauvries des banlieues de certains centres urbains. Tout le monde s'y met.
"Les pays riches lorgnent sur l’Afrique non seulement pour un confortable retour sur capital, mais aussi comme une police d’assurance. Pénuries alimentaires et émeutes dans 28 pays en 2008, baisse des approvisionnements en eau, changement climatique et croissance démographique galopante ont fait ensemble, de la terre un placement attractif. L’Afrique a le plus de terres et, en comparaison avec d’autres continents, elles sont bon marché, dit-il. "Les Terres agricoles en Afrique sub-saharienne procurent un rendement de 25% par an et les nouvelles technologies peuvent tripler les rendements des cultures dans des délais courts", a déclaré Susan Payne, directeur général d’Emergent Asset Management.
__La Banque mondiale encourage la razzia sur les terres agricoles, au nom d'un accaparement responsable (sic!)
 " Elle estime que tout apport de capitaux extérieurs dans un pays souffrant d’un déficit d’épargne favorise son développement ; donc les investissements privés dans l’agriculture contribuent au développement national et à la lutte contre la pauvreté, exigence morale du XXIe siècle. On note d’ailleurs que la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, joue un rôle majeur dans la promotion de tels investissements."
__Une  réglementation internationale s'impose, de manière urgente, au nom d'autres principes que ceux de l'ultralibéralisme à courte vue en cours.
_______________
- La ruée vers la terre

 

 

Aucun commentaire: