Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 13 décembre 2013

Telle est la télé

Etrange lucarne , étrange fascination.
                                                                  Ce qu'elle fut , ce qu'elle est devenue, ce qu'elle pourrait être ...La meilleure ou la pire des choses?
On dit beaucoup de choses sur la télé, de nos rapports schizophrènes avec elle, à la fois aimée et haïe...
    Difficile de ne pas tomber dans les banalités, les généralisations, le simplisme et les clichés.
Tant pis...On va forcer un peu le trait. Chacun nuancera.
Les rapports ambigüs au robinet à image, à la nounou (trop) bienveillante de bien des soirées vides, sont à placer sous le signe de la diversité. Chacun y trouve ce qu'il cherche ou ne cherche pas, selon ses exigences explicites ou non, sa formation et ses goûts, ses tropismes et ses fantasmes.
_______________________ Imaginons seulement quelques soirées sans télé...Sacrées soirées, comme disait un animateur d' envergure!
     Certains ont essayé: ça n'a pas marché.
    D'autres résistent cependant, pour eux et leurs enfants, surtout pour les enfants, avec pédagogie.      Des héros?
           Dans son usage le plus courant, la télé est devenue un simple passe-temps.

 _Un "chewing gum for the eyes." (disait Frank Lloyd Wright)
         _Une perte de temps, comme nous nous l'avouons parfois.
                                                          Combien d'années devant le télé?
  _ Un remède à l'ennui.
                                    _ Une rustine qui bouche le vide.
   _Une occupation hypnotique et chronophage.
                                                     _ Une vie par procuration.
    _  Une drogue douce-amère.
                                             _  Un doux maître au pouvoir insoupçonné.
   _ Un produit standardisé.
                                             _  Une voleuse de temps et d'attention, aux dépens de la lecture, de l'action, de la vie familiale et sociale, etc... 
  Un peu de tout cela...
                                   Un lavage cérébral quotidien, qui traite l'information à sa manière, très spéciale, aux dépens de l'esprit critique (70% des personnes ont pour seule source d’information la télévision):

"....Nous sommes constamment exposés à la surmédiatisation d'un fait, d'un événement, d'une personnalité et parfois même d'une idée qui, à un moment donné, emplit des ondes et les pages de nos médias. L'information-spectacle est fille de cette surmédiatisation. Le monde politique a lui-même une responsabilité certaine. Se montrer devient plus important que prouver sa capacité à agir. Pour un député, se faire voir au journal télévisé paraît plus important que de défendre un engagement ou une proposition de loi. En agissant de la sorte, les politiques se plient aux exigences de la toute puissante Télévision. Les journalistes télévisuels sont moins des professionnels de l’information que les personnalités du show business.
Notre vision du monde résulte essentiellement de celle qui nous est donnée à voir et à entendre par les médias audiovisuels, qui exercent un véritable magistère sur les représentations collectives qui prévalent à un moment donné..."
                     Là est surtout le problème: de l'info sans (vraie) info. _(1)
   Un  journalisme sans déontologie.
Sans parler de la prétendue  téléréalité, pire la télé-trash, loin de la realité.
     Telle-est la réalité...Télé pris..qui croyait être appris...
________________________________

Aucun commentaire: