Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

jeudi 28 avril 2016

Chomage: l'heure des leurres?

Des statistiques problématiques
                                               Une aubaine! le chômage baisse un an avant la présidentielle
Ça tombe bien. Mais pour combien de temps, dans ce yo-yo permanent?
             On connait la chanson, qui revient périodiquement
Re-la-ti-vi-sons!
     Il y a tout lieu de penser à un certain et subtil  camouflage dans ce nouvel effet d'annonce.
    Il importe d'être prudent et de chausser ses lunettes critiques.
   Quels sont et que valent les vrais chiffres du chômage?
            Difficile à dire. Même les économistes ne sont pas d'accord. Les chiffres présentés officiellement ne sont que partiellement fiables,  sont loin de rendre compte d'une réalité beaucoup plus complexe et beaucoup plus brouillée que celle qui nous est présentée dans les communiqués, même commentés. On ne compte pas les jeunes non indemnisés, les "vieux" dispensés de recherche d'emploi, les RMistes non inscrits ou encore ceux qui, par lassitude, abandonnent le pointage : un bon million de personnes en plus, selon Fabienne Brutus à une époque. Total estimé : 5 millions de chômeurs en France. 19 % de la population active.
.   Le non emploi ou la précarité généralisée tend à devenir de plus en plus le régime normal, surtout chez nombre de femmes,.
   Si le gouvernement se réjouit de la baisse du chômage, il ne peut guère fanfaronner sur la réduction de la précarité. Le nombre d’inscrits en catégorie B et C a également fait un saut… dans le sens inverse. Ainsi, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie B – et donc ayant travaillé 78 heures ou moins le mois dernier – a augmenté de 13 800 personnes. Pour la catégorie C (plus de 78 heures travaillées dans le mois), la hausse s’élève à 37 500 personnes sur un mois. Soit, les B et C comptés ensemble, 51 300 personnes de plus pour mars 2016. Cette hausse est continue depuis un an...  la pression administrative pour contracter les chiffres du chômage est un marronnier de la politique publique, et ce gouvernement n’échappe pas à cette règle. Après la généralisation des équipes de contrôle fin 2015 – 200 agents y sont désormais dédiés –, Pôle emploi teste depuis janvier 2016 un nouveau dispositif. En Picardie, Guyane, Corse et Franche-Comté, les agences envoient ainsi aux chômeurs en activité réduite un nouveau questionnaire, dans le cadre de « leur projet personnalisé d’accès à l’emploi ». Sans réponse au bout de dix jours, c’est l’avertissement puis la radiation. Le procédé, décrit par la direction comme une manière de mettre à jour les profils et les cessations d’inscriptions, a été dénoncé par plusieurs sections CGT de Pôle emploi...
          Est-ce un virage ou une  stabilisation?
                         Les chiffres du chômage font le yo-yo. Du mieux en novembre 2015, du moins bien en décembre et, finalement, une baisse de 0,8% du nombre de demandeurs d’emploi en janvier 2016. Les chiffres ont été dévoilés ce mercredi par le ministère du Travail. Sur un an, la tendance reste tout de même à la hausse, avec 1,8% de chômeurs en plus.Il est bien trop tôt pour parler d'une inversion de la courbe du chômage. Il s’agit plutôt d'une stabilisation. Et cette embellie du mois de janvier pourrait être trompeuse : la Dares – la direction des statistiques de l'emploi, un organisme indépendant –  indique dans son état des lieux à fin janvier 2016 qu’un nombre important d’inscrits à Pôle Emploi est sorti des statistiques pour défaut d’actualisation. En clair, des données pas à jour qui pourraient fausser partiellement ces bons résultats...
    Ces chiffres claironnés sont parfois le résultat d' obscurs calculs, d' un bazar statistique, dont l'instrumentalisation politique, électoraliste n'est pas absente..
    Il y a bien des raisons conjoncturelles à cette baisse proclamée.
              Si l'on en croit un observateur attentif, les prétendus vrais chiffres chômage, ce serait 7600 chômeurs de moins, mais 323400 radiations.
_____________

Aucun commentaire: