Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

vendredi 22 avril 2016

USA: violence ordinaire

 Balles perdues...
                   Il est une grande absente dans la course vers la Maison Blanche:
                            C'est la question des armes.
      On comprend pourquoi. En faire une analyse critique, c'est se condamner à perdre inévitablement des voix. Trump a fait plusieurs fois l'apologie de l'homme armé, prêt à dégainer. Cela fait partie de son succès dans certains milieux.
     Ce serait aussi passer à côté du soutien financier que la très puissante NRA, lobby majeur,
accorde à ceux qui défendent le Deuxième amendement, la main sur le coeur, ou se refusent à vouloir réformer sur ce sujet. Si Obama a osé naguère fustiger les tueries à répétition favorisées par les armes de guerre diffusées un peu partout, sur un marché peu ou pas réglementé, c'est parce qu'il savait ne pas se représenter.
   Le rapport irrationnel aux armes à feu, au pays de l'oncle Sam, plonge dans une histoire compliquée et est marqué par une violence quasi-fondatrice, qu'entretiennent  las aventures guerrières de la puissance impériale, sur son sol et sur ses fiefs. 
  Le pays, c'est connu, est celui des records en tous genres.
     _______Un certaines presse se nourrit depuis longtemps des "accidents", quasi quotidiennement. Le public en est friand.
   La prison est une industrie, une des plus performantes au monde.
    Il  a plus de prisons que d'écoles.
              Voilà qui aurait laissé songeur Victor Hugo.
   On ne parle pas de toutes les tueries. Une par jour en moyenne. Aujourd'hui encore.
         Les armes représentent une ancienne, étrange et morbide fascination.
                    Le colt fait encore souvent la loi.
  Pas une journée sans un drame
          La NRA défend un droit sacré.
                  Le débat est  sans fin. 
    Un jour peut-être, un homme politique d'exception osera une révolution à l'encontre d'un business si florissant, mais au bilan si sanglant, et d'un système politique si complaisant. Les récentes larmes compassionnelles de B.Obama sont vaines. L'exemple australien est édifiant.
    L'ennemi intime hante la pays, certains Etats plus que d'autres, où le passé n'est pas passé...
___________________

Aucun commentaire: