Mes articles dans AGORAVOX (qui n'est plus ce qu'il était...) -signés: ZEN)-

samedi 5 mai 2018

Fukushima: nouveau regard

Lumières sur un enfer.
                                   Au fur et à mesure que le temps passe, de nouvelles informations nous parviennent sur une catastrophe, qui fut à deux doigts de menacer mortellement et durablement toute la population de l'agglomération de Tokyo et au-delà.
         Le récent ouvrage que livrent deux auteurs scientifiques, soutenus par d'autres de renom, présente une sélection commentée du rapport devenu officiel que fit le directeur de la centrale, qui, en transgressant les procédures officielles sur certains points, non sans de multiples questions et interrogations posées dans l'urgence et l'ignorance de la véritable ampleur du désastre, prit des décisions non orthodoxes pour éviter le désastre et l'abandon fatal des lieux, d'ailleurs recommandé un temps par la direction de Tepco, ce qui aurait été le début d'un processus aux  conséquences dramatiques pour une partie du Japon.
      L'intérêt de l'énorme rapport, partiellement reproduit, donne une idée de la tragédie qui s'est jouée, des peurs, des hésitations, de la solitude, des paris et finalement du courage de Masao Yoshida, qui a finalement, malgré des risques immenses, réussit à sauver ce qui pouvait l'être. La maladie mortelle l'a rattrapé plus tard, comme d'autres.
     Ce témoignage unique, recueilli par Franck Guarnieri et Sébastien Travadel, apporte deux regards essentiels sur la société japonaise. Et, au-delà, sur l’action de l’homme en situation de survie. « Ce sont les humains qui ont, en dernier ressort, la responsabilité d’agir, résument Guarnieri et Travadel. Et c’est de leur engagement et de leur rapport au monde que dépend l’issue de la crise. »
    Le choix du site de Fukushima, qui a été longuement et souvent critiqué, même par certains experts japonais, aussi a posteriori par le premier ministre de l'époque, n'a pas fini d'être commenté. Pas seulement au Japon. Les choix et la gestion de Tepco laissent encore rêveur sur le rôle des intérêts à courte vue et du caractère irrationnel et irresponsable de certaines décisions technico-  politiques nippones, jugées souvent comme les plus rationnelles qui soient.
     Le Japon sur ce point vivait sur un mythe.
         Un paradoxe encore à élucider. Pas seulement dans l'intérêt futur du Japon.
                Un géologue en colère.
________________________

Aucun commentaire: