samedi 28 novembre 2020

Faut pas déconner

Les mots sont importants

                                      Parfois malheureux. Souvent révélateurs. Même s'ils sont en eux-mêmes d'une grande banalité. C'est la signification qu'ils prennent dans une situation particulière, l'arrière pensée qu'ils révèlent. Surtout quand on est en responsabilité. Surtout quand est ministre. Ils ont vraiment "déconné" a t-il dit. Mr Darmanin n'a pas seulement été distrait ou maladroit....Et ce ne sont pas les "images" qui choquent, comme l'a dit le Président. Et le réel...non?       Le langage trahit, par ce qu'il dit comme par ce qu'il masque, volontairement ou non. Ce n'est pas de la maladresse...Il y a comme un problème. Il n'y a pas de quoi s'étouffer, comme dit le ministre. Il y a plutôt de quoi se scandaliser.

              Certains ne s'y sont pas trompés, qui ont mis en cause non pas (seulement) les hommes , mais les chaînes de responsabilité, la formation, les pratiques devenues trop fréquentes, le racisme trop répandu. "...L’histoire le montre : le comportement des policiers dépend largement des ordres qui leur sont donnés, de la fermeté des rappels aux procédures et au droit, de l’impunité promise ou non. « Vous serez couverts », déclarait aux policiers parisiens le préfet Maurice Papon quelques jours avant le massacre de manifestants algériens le 17 octobre 1961. A l’inverse, on sait ce que l’absence de drame pendant les émeutes de Mai 1968 doit aux consignes du préfet Maurice Grimaud : « Frapper un manifestant tombé à terre, c’est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière. »   Papon est un fâcheux précédent. Le maintien de l'ordre s'impose dans certaines circonstances, à condition qu'il ne soit pas source de "dérapages" et d'arbitraire. On peut s'inspirer de certains pays voisins, qui montrent d'autres pratiques. __En attendant l'article 25 (?)...La police est trop importante pour se laisser aller à de telles dérives.   
__Le mot de Descartes. ________________________

Aucun commentaire: